/finance/consumer

Whole Foods ouvrira un magasin à Montréal

TVA Nouvelles

 

L'épicier américain Whole Foods, qui se spécialise dans le bio et les pratiques consciencieuses, ne sait pas encore à quel emplacement il ouvrira ses portes à Montréal. Le lancement d'un magasin n'est toutefois qu'une question de temps... et de localisation.

John Mackey, co-chef de la direction de la société américaine, a admis mercredi en marge de la conférence d'affaires C2-MTL que Montréal pourrait avoir plusieurs magasins avec le temps.

Par contre, M. Mackey n'a pas encore trouvé l'endroit rêvé pour s'établir et il refuse de se donner une date limite précise.

«Un concurrent embaucherait un courtier pour ouvrir six magasins en deux ans, dit-il à Argent. Le courtier trouverait les meilleurs endroits disponibles. Il signerait pour les obtenir et ouvrir les magasins. Ce ne seraient pas nécessairement les meilleurs emplacements. Comme pour un mariage, nous voulons plutôt trouver un endroit avec lequel nous pouvons vivre pendant 20 ans.»

Les critères habituels d'emplacement, tels que la visibilité, le stationnement et le quartier choisi s'imposeraient.

Comme la Californie

Quel est le potentiel du Canada, qui compte à peine plus du dixième de la population américaine ?

«C'est à peu près la même taille que la Californie, qui a une cinquantaine de magasins, explique John Mackey. Pourrions-nous avoir 50 magasins au Canada ? Probablement. La meilleure chose, c'est que la population se trouve proche de la frontière avec les États-Unis.»

L'entreprise est déjà présente à Vancouver et dans une poignée de villes ontariennes. Elle prévoit aussi d'ouvrir ses portes à Ottawa.

À la fin de 2012, Whole Foods comptait 335 épiceries, générant un chiffre d'affaires de 11,7 G$ US. La progression des ventes pour les magasins comparables (ouverts depuis un an) a été de 8,4%, un chiffre robuste pour n'importe quel détaillant.

John Mackey fait savoir que le but de Whole Foods n'est pas seulement d'enrichir les actionnaires. «Les entreprises les plus grandes ont un plus grand sens de leur utilité. Pensez à Google, que je considère consciencieuse. Elle veut organiser l'information dans le monde et la rendre accessible. Comment cette utilité ne peut-elle pas vous exciter ?»

«Quand une entreprise est animée par un sens d'utilité, ajoute-t-il, vous avez un degré extraordinairement élevé de motivation, ce qui est directement relié à la créativité.»

John Mackey considère qu'une série de caractéristiques sont nécessaires pour créer une culture de conscience. Il parle notamment de la confiance, de l'intégrité et de la loyauté.

Whole Foods a toutefois un modèle d'affaires inhabituel. Elle offre les mêmes avantages sociaux au PDG qu'à la caissière. Les salaires sont dévoilés et plafonnés. Le pouvoir est décentralisé.

«Ça veut dire laisser les gens essayer des choses, poursuit M. Mackey. Chaque magasin fait des expériences. Nous décentralisons au niveau de l'équipe en succursale. Nous lui disons de faire qu'il faut pour satisfaire le client.»

Par exemple, un magasin a ouvert un bar à l'intérieur de ses murs, en installant des fûts de bière artisanale. Le concept généré tant de ventes qu'une centaine d'emplacements l'ont copié.