/news/homepage

Le Québécois Marc Ménard kidnappé?

TVA Nouvelles

Les mois passent, l'inquiétude grandit, mais les proches de Marc Ménard ne perdent pas espoir de le retrouver vivant bien que le Lavallois soit disparu depuis le 14 mars dernier. Nombreux sont les kidnappings au Mexique, et c'est cette hypothèse à laquelle se rattache son ami Marc Morneau.

«Nous le croyons toujours vivant, mais nous n'avons pas l'information concrète», a précisé M. Morneau à Claude Poirier, mardi.

Marc Ménard avait mis le cap sur le Québec après trois mois passés sous le chaud soleil du Mexique. Il devait franchir les douanes au volant de sa minifourgonnette à Nuevo Laredo dans l'État de Tamaulipas, ce qu'il n'a pas fait selon l'ambassade.

Sans cesse à l'affût d'informations depuis que son grand ami voyageur n'a plus donné de ses nouvelles, Marc Morneau est très actif sur les réseaux sociaux en plus de dévorer les quotidiens mexicains qui pourraient lui fournir la moindre piste sur la disparition du quadragénaire.

Marc Ménard (Photo Facebook)

104 kidnappings

«Son véhicule a été retrouvé à Nuevo Laredo où il y a beaucoup de kidnappings. Et le 1er mars avant que Marc soit porté disparu, les autorités ont retrouvé 104 kidnappés vivants qui étaient là depuis longtemps d'après ce qui a été dit dans les journaux, même s'il y en a de moins en moins qui parlent des organisations criminelles», explique Marc Morneau.

Un suspect est détenu en lien avec le vol probable du véhicule de Marc Ménard. «Le camion a été retrouvé avec l'ignition cassée. L'homme dit qu'il a acheté le camion avec la plaque du Québec. Le chef enquêteur mexicain nous a confirmé qu'il l'avait interrogé lui-même. C'est cet enquêteur qui a retrouvé le chien vivant [NDLR Marc Ménard voyageait avec sa chienne Maya]», informe l'ami du disparu.

Maya la chienne de Marc Ménard. (Photo gracieuseté)

Représailles

Les proches de Marc Ménard ont songé à faire appel à un détective privé ainsi qu'à se rendre par eux-mêmes en sol mexicain, mais y ont renoncé pour le moment.

«À Nuevo Laredo, les gens se font tuer parce qu'ils tweetent ou parlent sur Facebook. Et nous, on dérange sur Facebook. Les gens entendent parler de nous là-bas, et ceux qui vont se présenter là vont avoir des représailles. Et ça coûterait des centaines de milliers de dollars», redoute Marc Morneau.

La famille et les amis reçoivent toujours des informations par les médias sociaux faisant entre autres états des déplacements du disparu. De plus, le mois dernier, ils ont appris que deux Américains et un Canadien ont été séquestrés dans la région où se trouvait le bourlingueur.

«Ça nous a pris des jours à faire bouger les autorités et le FBI. Je ne suis pas sûr qu'un enquêteur seul pourrait arriver à faire ce que l'on fait. Nous on envoie les enquêteurs sur les pistes», conclut Marc Morneau.

Dans la même catégorie