/news/culture

Toujours aussi flamboyants

Raphaël Gendron-Martin

Les Rolling Stones étaient de retour à Montréal, dimanche, pour la première fois en sept ans, à l'occasion de leur fameuse tournée marquant leur 50e anniversaire de carrière.

Coïncidant avec la fin du week-end du Grand Prix de Formule 1, le concert s'est déroulé au Centre Bell devant plus de 15 000 personnes, dont certains avaient payé plus de 600 dollars pour ce qui pourrait être le dernier passage des Britanniques dans la métropole.

Dans l'assistance, on retrouvait une majorité de baby-boomers, la génération la plus susceptible d'accepter d'ouvrir son portefeuille pour un prix aussi exorbitant.

Le concert s'est amorcé peu après 21h. Une vidéo de quelques minutes nous a montré différentes célébrités (Johnny Depp, Iggy Pop) nous parlant de leur amour pour les Stones.

Cette vidéo a contribué à faire monter l'excitation de la foule.

Les rockeurs sont ensuite apparus. Mick Jagger, en pleine forme, toujours aussi flamboyant, portait une scintillante veste argentée. Il avait été aperçu quelques heures plus tôt à l'Hôtel St-James, l'établissement de prédilection des Stones lors de leur passage à Montréal.

«C'était une super journée à Montréal aujourd'hui, a-t-il lancé dans un excellent français. C'était la première fois dans l'histoire des Rolling Stones que nous avions le Grand Prix comme première partie!»

Comme on l'avait remarqué lors des concerts du groupe à Londres, l'an dernier, et à Toronto, il y a quelques jours, la grande majorité du concert repose sur les épaules de Jagger, qui relève le défi d'une main de maître. Il est vraiment difficile de croire que le gringalet britannique fêtera ses 70 ans le mois prochain.

«Vous êtes chauds ce soir!», a-t-il balancé un peu plus tard à la foule. Tout au long du spectacle, le chanteur s'est fait un plaisir de s'adresser aux spectateurs du Centre Bell en français.

Mick Jagger et Win Butler, chanteur d'Arcade Fire (Agence QMI)

Après une Paint It Black moins percutante que prévu, le groupe a livré une très sentie Wild Horses. Sur Gimme Shelter, on a pu apprécier le grand talent de Lisa Fischer, choriste des Stones depuis 1989 qui s'est déchaînée sur le morceau.

Puis est arrivé le moment du duo entre Jagger et Win Butler, chanteur d'Arcade Fire. Portant une veste blanche, Butler a livré une interprétation à la saveur du groupe montréalais de The Last Time.

Cette chanson laisse-t-elle présager qu'il s'agissait du dernier passage des Stones à Montréal? Si tel est le cas, la bande à Mick Jagger aura laissé une marque indélébile sur la métropole.