/news/homepage

Le gouvernement Marois fait volte-face

Régys Caron

Le gouvernement Marois a dû reculer, mardi, sur certaines mesures budgétaires qui devaient consister à augmenter les tarifs d'électricité de 2%. Le ministre des Finances promet de revenir à la charge.

Parce qu'il est minoritaire, le gouvernement a dû battre en retraite devant l'opposition livrée par les députés libéraux et caquistes. «Ils improvisent à la dernière minute, ils ont niaisé avec la puck», a expliqué l'ancien ministre libéral des Finances, Raymond Bachand.

En plus de l'augmentation du tarif patrimonial de 1% qu'il avait ordonnée dans son budget déposé en novembre, le gouvernement voulait les augmenter encore davantage à deux fins.

Québec voulait d'abord majorer les tarifs d'électricité de 1,9% afin de financer l'achat par Hydro-Québec d'un nouveau bloc de 800 mégawatts (MW) d'énergie éolienne annoncé par le gouvernement le mois dernier.

«Développer la filière éolienne, ça demande des investissements, deux milliards pour 800 MW. On achète leur électricité plus cher; en contrepartie, on a une industrie éolienne dans les régions qui en ont besoin», a expliqué Nicolas Marceau. L'augmentation des tarifs d'électricité devait donc permettre à Hydro-Québec de payer cette énergie «plus cher», a confirmé le ministre.

De plus, Hydro-Québec aurait pu augmenter ses tarifs de 0,11% afin de financer la contribution de 120 millions $ attendue de la société d'État pour la mise en place des infrastructures nécessaires à l'électrification du transport collectif. «C'est surtout cette façon du gouvernement de sous-traiter une augmentation de tarifs aux contribuables», a dénoncé le député caquiste de Lévis, Christian Dubé.

Ces dispositions ont été déposées ces derniers jours afin d'amender le projet de loi 25 devant permettre la mise en œuvre du budget du gouvernement. Elles incluaient aussi une disposition autorisant Hydro-Québec à conclure des contrats de gré à gré avec les communautés autochtones de Listuguj, Gesgapegiag et Gespeg en Gaspésie pour la production de 150 MW d'énergie éolienne.