/finance/homepage

Achat des F-35 : Québec veut avoir sa part du gâteau

TVA Nouvelles

Même si Pauline Marois a par le passé critiqué le programme d’achat d’avions de chasse F-35 des conservateurs, son gouvernement espère bénéficier des retombées si Ottawa décide d’aller de l’avant avec son projet, selon la ministre déléguée à la Politique industrielle, Élaine Zakaïb.

«Si Lockheed Martin obtient le contrat des F-35, on espère qu’une partie des travaux va se faire chez nous, a dit la ministre Zakaïb, mercredi. On invite le gouvernement fédéral à ce que ça ne se passe pas comme ça s’est fait pour les traversiers [sic], où on n’a rien eu au Québec. Alors c’est certain qu’on va faire des représentations pour qu’il y ait une partie de ces travaux-là qui se fasse chez nous.»

En mars 2012, alors qu’elle était dans l’opposition, Pauline Marois avait dénoncé une série de décisions du gouvernement de Stephen Harper qui allaient selon elle à l’encontre des intérêts du Québec. Elle avait notamment fait allusion au montant de 30 milliards $ prévu par Ottawa pour l’achat d’avions de chasse.

Rappelons que le gouvernement conservateur avait annoncé en 2010 son intention d’acquérir 65 appareils F-35 pour remplacer sa flotte vieillissante de F-18. Des dépassements de coûts importants l’ont toutefois amené à reconsidérer cet achat.

Deux dossiers distincts

Élaine Zakaïb a par ailleurs tenu à préciser que la subvention de près de 4 millions $ accordée à Lockheed Martin pour relancer les installations d’Aveos à Montréal n’était aucunement liée à l’obtention du contrat des F-35.

«Ça n’a rien à voir. Ça ne fait pas du tout partie de l’entente qu’on a avec eux. C’est simplement quelque chose qu’on espère obtenir en plus et qu’on demande au gouvernement fédéral», a dit la ministre.