/regional/montreal

Vélo Québec fustige le SPVM

Étienne Laberge

Excédé par les policiers qui procèdent à une vague sans précédent de distribution de constats d'infraction aux cyclistes, Vélo Québec en appelle au «gros bon sens».

Vélo Québec ne comprend pas la répression policière qui sévit présentement à Montréal et qui enflamme les réseaux sociaux. Seulement jeudi, la page Facebook Spot à TICKET SPVM dénombrait 10 intersections où la police sévissait simultanément en matinée.

En plus de cet outil, la Coalition vélo de Montréal a mis elle aussi un nouvel outil sur pied, Vigile policière.

Selon l'organisme, cette situation est d'autant plus frustrante que les accidents graves impliquant un vélo ont diminué avec les années.

«L'acharnement actuel des policiers (a pour résultat) qu'on est en train de déplacer les cyclistes du réseau cyclable vers le réseau routier non aménagé et même de décourager certains citoyens à se déplacer à vélo», s'est insurgé Suzanne Lareau, présidente de l'organisme.

Double constat d'infraction pour absence de deux réflecteurs, perte de trois points d'inaptitude sur le permis de conduire à la suite d'une infraction, 41$ d'amende pour avoir roulé jusqu'au support à BIXI sur un trottoir, les exemples foisonnent de policiers au comportement que certains qualifient trop zélés.

La semaine dernière, le ministre des Transports et des affaires municipale, Sylvain Gaudreault, s'est dit ouvert à revoir certains points du Code de la sécurité routière afin de mieux refléter la réalité des cyclistes d'aujourd'hui.

Dans la même catégorie