/news/homepage

Maxime Bernier arrêté au volant sans permis

Dominique La Haye

Le NPD accuse le ministre conservateur Maxime Bernier de commettre des «gaffes à répétition», ayant récemment été arrêté au volant du véhicule de sa conjointe sans permis valide, comme cela a été rapporté par le Journal.

«M. Bernier devrait comprendre qu'il n'est pas au-dessus des lois et qu'il devrait au contraire donner l'exemple et être un modèle de respect des règles. Malheureusement, encore une fois, voilà un conservateur qui dit :"Faites ce que je dis et non ce que je fais"», a lancé le député et porte-parole adjoint du NPD en matière d'éthique, Alexandre Boulerice.

Le député de Beauce et ministre d'État à la Petite Entreprise et au Tourisme a été intercepté dimanche dernier dans son comté pour une infraction au Code de la sécurité routière. Il se trouvait alors au volant d'un véhicule de la compagnie appartenant à sa conjointe. Lors de l'intervention, les policiers de la SQ ont constaté que le permis de conduire du ministre était sanctionné pour amende impayée. Son bureau a fait valoir que M. Bernier ignorait que son permis était suspendu et qu'il a aussitôt payé l'amende et récupéré son permis par la suite.

Ce n'est pas la première fois que le ministre se retrouve dans l'embarras. En 2008, il avait dû démissionner de son poste de ministre des Affaires étrangères après avoir oublié des documents confidentiels chez son ex-conjointe, Julie Couillard. L'an dernier, dans un reportage de France 2, M. Bernier avait montré à la caméra qu'il laissait ses clés sur le pneu avant de son véhicule lorsqu'il faisait son jogging.

Ces incidents font dire au député Boulerice que le ministre «souffre d'étourderie». Le néo-démocrate refuse de comparer l'incident de M. Bernier au «malentendu» qui a récemment jeté dans l'embarras son chef, Thomas Mulcair. Ce dernier a omis de s'identifier un matin aux autorités à son arrivée sur la Colline du Parlement et ne se serait pas aperçu qu'un véhicule de la GRC tentait de le rattraper, gyrophares allumés.

«Ce n'est pas du même acabit, car dans le cas de M. Bernier, là il y a récidive et ça fait plusieurs fois qu'il commet des fautes semblables. Alors, on peut même mettre en doute son jugement en général», a-t-il soutenu.

Le député bloquiste André Bellavance y voit pour sa part de la «négligence» de la part du ministre Bernier. «Il ne fait pas très sérieux comme ministre, un peu désinvolte», est-il d'avis.
Le ministre et lieutenant politique de Stephen Harper au Québec, Christian Paradis, a pour sa part formulé peu de commentaires à l'endroit de son collègue conservateur, se portant néanmoins à sa défense.

«Ce qui se passe dans la vie privée, ça reste dans la vie privée. Je ne pense pas que ça met (en doute) les compétences de mon collègue à assumer ses fonctions de ministre», a-t-il fait valoir.