/finance/finance

Hausses de tarifs à prévoir

Michel Morin

Les surplus d'énergie d'Hydro-Québec sont en hausse de plus de 50%, mais les tarifs d'électricité ne baisseront pas.

Dans un document qu'elle vient de déposer à la Régie de l'Énergie la société d'État prévoit des surplus d'énergie pour l'année 2014 équivalente à trois fois la production de la centrale au gaz de la Trans-Canada Energy fermée depuis 2007, et qui a coûté jusqu'ici plus d'un milliard de dollars en pénalités aux clients d'Hydro-Québec.

Ces surplus d'énergie sont même plus importants que toute la production éolienne au Québec, et pourraient amener Hydro-Québec à déposer une demande pour une hausse de ses tarifs de plus 6% pour l'année 2014.

L'an dernier Hydro-Québec avait demandé à la Régie de l'énergie une augmentation de 2,9% pour obtenir 2,4%. Les surplus d'énergie qui étaient équivalents l'an dernier à deux fois la capacité de production de la centrale au gaz de Bécancour, représentent aujourd'hui 3 fois la capacité de cette centrale fermée pour cause de surplus depuis 2007.

Même si la consommation résidentielle d'électricité est en hausse, la chute de la consommation d'électricité par la grande industrie explique aux trois quarts l'augmentation des surplus de cette année.

Toutes catégories confondues, il se consommera moins d'électricité au Québec en 2014 qu'en 2013.

En mai, le gouvernement a décidé d'augmenter encore la production d'énergie éolienne. Une augmentation qui pourrait coûter plus de 13 cents le kWh, soit deux fois plus au kWh que la production de la centrale au gaz de Bécancour fermée depuis 6 ans à cause des surplus.

Avec de tels surplus, certains pourraient penser que les Américains, contrairement aux Québécois, n'auront pas à payer très cher l'électricité produite à coût élevé par les éoliennes et les centrales du Nord du Québec.