/regional/montreal/montreal

«Une gestion de crise catastrophique»

TVA Nouvelles

La succession d'affirmations contraires à la vérité par l'ex-maire de Laval, Alexandre Duplessis, risque de nuire sérieusement à l'image de la Ville, croit Louis Aucoin, spécialiste de l'image chez Octane Stratégies.

«Ça, c'est peut-être ce que les gens ont trouvé le plus difficile à avaler par rapport à la moralité de la chose, indique-t-il. C'est une question de vie privée en bout de ligne et beaucoup de gens l'ont rappelé.»

Le mensonge nuirait donc davantage à M. Duplessis que la nature même des gestes qui lui sont reprochés. L'ex-maire de Laval aurait fait appel à une escorte pour passer une soirée spéciale entre filles, où il se serait vêtu en femme, enfilant des talons hauts et se vernissant les ongles.

En point de presse vendredi matin, Alexandre Duplessis se posait en victime d'extorsion dans toute cette affaire, affirmant qu'il ne démissionnerait pas sous la menace.

Quelques heures plus tard, il annonçait pourtant son départ de la mairie lavalloise. Un changement de cap qui avait de quoi rendre les citoyens confus.

«Il démissionne parce qu'il a de la difficulté à dire la vérité», pense Louis Aucoin. L'ex-maire était déjà dans l'eau chaude, en raison d'allégations de prête-nom sous la gouverne de son prédécesseur, Gilles Vaillancourt. M. Duplessis nie toujours sa participation à ce système illégal.

«On a la preuve qu'on nous dit des choses qui ne sont pas conformes à la vérité, déplore M. Aucoin. Et ça, c'est la dernière chose dont on veut entendre les politiciens parler. Il vaut mieux dire moins de chose que de dire des mensonges.»

La crise a été gérée de manière catastrophique, explique le spécialiste de l'image. «Si vraiment vous êtes une victime, le jour même où les allégations sortent, vous réagissez. Quand vous réagissez 24 heures plus tard pour dire que tout ce qui a été dit depuis 24 heures est faux, il y a un problème.»

L'image de Laval entachée

Les révélations entendues à la Commission Charbonneau, qui ont incriminé plusieurs élus de Laval, doublées de cette nouvelle histoire rocambolesque, n'aident en rien l'image de la Ville.

«Le schéma de corruption et de collusion [à Laval] est digne d'un film de série B, mentionne Louis Aucoin. Et là, cette histoire de mœurs qui fait tomber un maire, c'est ridicule... L'image de la Ville est entachée.»

La carrière publique d'Alexandre Duplessis est-elle terminée? «Il y a des gens qui sont revenus de très loin, donc il y a peut-être une possibilité de se racheter, nuance M. Aucoin. Mais en ce moment, on ne la voit pas.»

Dans la même catégorie