/news/homepage

Une grande partie de la population a quitté la ville

Sébastien Roy

Plus de 1400 des 2000 résidents de Wabush, au Labrador, ont été évacués depuis vendredi soir en raison des feux de forêt qui s'approchent de leur communauté.

C'est le nombre d'inscriptions qu'avait enregistrées la Croix-Rouge en fin de journée samedi au centre d'évacuation de Labrador City, une ville à proximité.

Les flammes font rage dans le secteur depuis le week-end dernier, et un avis d'évacuation a été émis vendredi soir par les autorités municipales, inquiètes de la qualité de l'air.

Dans un communiqué de presse affiché sur le site internet de la municipalité, samedi matin, le maire de Wabush, Ron Barron, indiquait que l'évacuation s'était «très bien déroulée» jusqu'à maintenant. Il prévenait cependant ses concitoyens de se préparer adéquatement pour l'évacuation.

«Les citoyens doivent comprendre que, s'ils évacuent, ils ne pourront pas revenir, a expliqué le maire Barron. Les personnes qui décideront de rester doivent se rappeler qu'elles doivent demeurer sur leur propriété. Elles ne pourront pas circuler dans la ville.»

Il est à noter que les lignes téléphoniques terrestres sont coupées entre Wabush et Labrador City et que le service 9-1-1 est inopérant.

La plupart des résidents évacués sont logés chez des amis ou de la famille à Labrador City.

Un peu plus à l'ouest, à Fermont, du côté québécois, un résident a créé une page Facebook pour offrir de l'hébergement aux citoyens de Wabush.

Des entreprises de la région font aussi leur part. La porte-parole de Cliffs Natural Resources pour l'est du Canada, Arlène Beaudin, a confirmé en entrevue à la radio CFMF de Fermont, que la minière offrait son appui à la ville de Wabush. De la nourriture est fournie aux pompiers volontaires qui combattent l'incendie depuis près d'une semaine. La compagnie offre aussi des chambres pour ceux qui en auraient besoin.

Mme Beaudin a par ailleurs mentionné durant l'entrevue que la minière ArcelorMittal, une entreprise concurrente, était aussi prête à fournir une collaboration si le besoin l'exigeait.

«Dans une situation inhabituelle, nous laissons notre compétition de côté et on travaille ensemble pour offrir notre support à la communauté», a-t-elle affirmé.

En début de journée samedi, la fumée était si intense que les avions-citernes n'ont pas pu effectuer leur travail. Les autorités ont confirmé que le feu n'a pas progressé et que la construction du mur pare-feu continuait d'avancer.

À Fermont, la mairesse Lise Pelletier, a assuré qu'en aucun temps la ville n'a été menacée. Les autorités municipales suivent tout de même de près la situation. «La présence de fumée à Fermont est considérée comme un phénomène normal, a expliqué Mme Pelletier. Nous conseillons aux personnes ayant des problèmes de santé de laisser les fenêtres fermées. La ville travaille en collaboration avec le service incendie et la sécurité civile.»

En fin de journée samedi, Environnement Canada prévoyait de la pluie pour la soirée et la nuit, ce qui devait faciliter le travail des équipes tentant de maîtriser les flammes et donner un répit aux gens de Wabush.

Une rencontre entre les représentants de la ville de Wabush et ceux du ministère des Ressources naturelles du Labrador devait avoir lieu samedi soir.