/regional/montreal/montreal

Marcel Côté officiellement dans la course

Ewan Sauves

Les dés sont jetés. Marcel Côté est officiellement entré dans l'arène, mercredi, en présentant sa candidature pour la mairie de Montréal. Il devient chef de troupe du parti Coalition pour Montréal, composé en grande partie des élus de Vision Montréal.

Après plusieurs semaines de réflexions et de négociations, Marcel Côté fait le saut. L'économiste a choisi le hall d'entrée de la radio communautaire CIBL pour faire son annonce, un «lieu symbolique» de la coalition qu'il a réussi à rassembler, a-t-il affirmé.

(Photo Agence QMI)

Mardi, la chef de Vision Montréal a renoncé au poste de mairesse pour se ranger derrière Marcel Côté. Celui-ci tentera de faire élire une administration de coalition, le 3 novembre.

Au cours des prochaines semaines, M. Côté compte recruter des candidats «de tous les horizons politiques et de différentes sphères de la société civile». La majorité d'entre eux proviendra du parti de Louise Harel, Vision Montréal, mais des conseillers indépendants se rallieront à l'homme de 70 ans.

(Photo TVA Nouvelles)

Marvin Rotrand

En effet, Marvin Rotrand, conseiller de la Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Alain Tassé, conseiller dans l'arrondissement de Verdun, et Christian Dubois, conseiller de Pierrefonds-Roxboro, district du Bois-de-Liesse ont décidé de courir avec Marcel Côté.

«Je le dis à Marvin, je le dis à Alain, je le dis à Christian: si jamais il y a un candidat, un élu qui est accusé d'une malversation quelconque, il va être obligé de se retirer jusqu'à ce que la situation soit clarifiée», a affirmé M. Côté.

«Le rôle le plus important de Mme Harel dans la coalition c'est d'aller faire la promotion de la coalition et de nos principes», a ajouté Marcel Côté.

«Pour un Montréal gagnant»

«Ce rassemblement regroupe des représentants de l'Est à l'Ouest, des arrondissements du centre et des banlieues, des francophones et des anglophones, des jeunes et des moins jeunes, et des membres de nombreuses communautés aux origines diverses, a déclaré Marcel Côté. Tous sont à se rallier pour faire de notre ville un Montréal gagnant.»

La Coalition pour Montréal, dont le slogan est «Pour un Montréal gagnant», mettra de côté les «querelles» pour redonner à Montréal «sa fierté et sa grandeur».

L'exemplarité, tolérance zéro, transparence et administration ouverte seront ses mots clés durant sa campagne, a dit M. Côté.

«Les Montréalais demandent des changements pour que non seulement l'inacceptable qui s'est produit ne puisse plus se reproduire, mais pour que leur administration municipale soit à la hauteur de leurs aspirations.»

Un programme électoral complet sera adopté dans les mois qui viennent, a ajouté celui qui a été conseiller politique pour Robert Bourassa et Brian Mulroney.

Éthique

Toutefois, dans sa déclaration, le cofondateur de la firme SECOR a énoncé les thèmes de sa campagne: l'éthique, les services aux citoyens, un meilleur milieu de vie, une économie plus forte, la gouvernance et redéfinir la relation entre Montréal et le gouvernement du Québec.

«Il faut établir un rapport de force plus équilibré, a estimé le nouveau candidat. Il faut que les priorités des Montréalais soient mieux reflétées par les décisions du gouvernement du Québec, qui développent nos infrastructures.»

Marcel Côté est le cinquième à faire le saut dans la course à la mairie. Richard Bergeron, chef de Projet Montréal, Denis Coderre et son équipe, Mélanie Joly, candidate indépendante, et l'entrepreneur Irois Léger sont pour le moment sur les rangs.

Dans la même catégorie