/regional/sherbrooke/estrie

Explosions à Lac-Mégantic

Graves dommages environnementaux pour la ville

TVA Nouvelles

L'explosion d'un wagon de train gorgé de pétrole n'est pas sans causer des dommages environnementaux à Lac-Mégantic et au plan d'eau du même nom.

«Il y a des flammes de 10 ou 15 pieds qui s'élèvent des trous d'homme du réseau d'égouts et il y a du feu qui se jette dans le lac à la sortie du réseau», a expliqué Christian Blanchet, de la direction de l'environnement de l'Estrie, samedi matin.

«Le vent pousse les hydrocarbures sur la berge, a poursuivi M. Blanchet. On va avoir plusieurs centaines de mètres de berge souillée, mais le feu aidant, actuellement, il brûle les hydrocarbures qui se jettent à l'eau.»

Un laboratoire mobile d'évaluation de la qualité de l'air a été dépêché au centre-ville vers 7h30. Un groupe de chimistes devait circuler sur un parcours précis dans les rues pour recueillir des données transmises en temps réels aux services de santé de la région, afin de décider des mesures à prendre.

Selon l'importance des contaminants dans l'air, le périmètre de sécurité pourrait être agrandi.

Le lieutenant Michel Brunet, de la SQ, a rappelé que la ville est à éviter, afin de laisser toute la place aux pompiers et aux policiers. Une interdiction de navigation était également en vigueur pour tout le secteur est, qui fait partie du périmètre de sécurité établi par les autorités.

 

Une voie ferrée inadéquate?

 

La voie ferrée qui traverse Lac-Mégantic, où un déraillement de train a causé une explosion puis plusieurs incendies dans le centre-ville, samedi, n'a pas été conçue pour l'utilisation qu'en fait la compagnie Montreal Maine and Atlantic Railway (MMA), selon un expert.

Denis Allard, président du Fonds mondial du patrimoine ferroviaire, déplore que les compagnies ferroviaires qui utilisent la voie ferrée en question n'aient jamais investi afin de la rénover.

«Sur 75% de la ligne, la limite de vitesse est de 10 milles à l'heure, a-t-il expliqué samedi, à TVA Nouvelles. Les compagnies auraient dû réinvestir, ne serait-ce que pour avoir une meilleure vitesse d'exploitation ou un réseau plus sécuritaire.»

Selon M. Allard, personne n'a rénové la structure et le «matériel roulant» de la MMA est également obsolète.

«Il n'y a aucune locomotive neuve, c'est de l'usagé, du retapé. Les employés font leurs rapports, mais la compagnie ne répare pas, elle ne fait que des coupures.»

Denis Allard estime que le transport d'hydrocarbures aurait dû être interdit depuis longtemps sur cette voie ferrée.

Dans la même catégorie