/regional/sherbrooke/estrie

Explosions à Lac-Mégantic

«Sentiment profond de désolation» - Pauline Marois

TVA Nouvelles

La première ministre Pauline Marois a dit avoir ressenti un profond sentiment de désolation devant la catastrophe de Lac-Mégantic, ajoutant qu'il fallait attendre le résultat des enquêtes avant de tirer des conclusions.

Mme Marois a dit qu'il est important de «ne pas poser de jugements» avant que la Sûreté du Québec (SQ) ne termine son enquête.

Elle souhaite également attendre les recommandations du Bureau de la sécurité des Transports (BST) avant de décider si une réflexion sera entreprise quant aux transports de matières dangereuses.

La première ministre a tenu à féliciter à plusieurs reprises les équipes de travail pour leur efficacité, malgré l'ampleur de la «catastrophe» et s'est adressée directement aux citoyens de Lac-Mégantic en leur disant clairement «nous sommes à vos côtés».

Pauline Marois a également eu des discussions avec son homologue fédéral, Stephen Harper.

Ce dernier a par ailleurs confirmé, samedi soir, qu'il se rendra sur place dimanche, pour constater l'étendue des dégâts. L'heure de sa visite demeurait à confirmer.

Sans parler d'un montant d'argent qui pourrait être débloqué, Marois a affirmé que dès mercredi, elle entend se pencher avec ses collègues, dont Sylvain Gaudreault, ministre des Affaires municipales, pour voir de quelle façon le gouvernement peut soutenir et aider les citoyens de Lac-Mégantic.

Ministres fédéraux et provinciaux sur place

Le ministre canadien de l'Industrie, Christian Paradis, le chef de l'opposition, Thomas Mulcair et le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Réjean Hébert, ont réagi plus tôt dans la journée et se sont tous dits atterrés par l'explosion d'un train transportant du pétrole à Lac-Mégantic dans la nuit de vendredi à samedi.

«C'est avec consternation que j'ai appris tôt ce matin la survenance des terribles événements sévissant à Lac-Mégantic, a indiqué Christian Paradis dans un communiqué. Mes pensées accompagnent les familles et ceux et celles qui sont affectés par ces tristes événements. Je leur souhaite du même souffle tout le courage voulu pour passer au travers ces difficiles épreuves.»

Christian Paradis, qui est aussi député de Mégantic-L'Érable, était sur le terrain à Lac-Mégantic et rencontrait des gens samedi matin.

De son côté, le chef néo-démocrate et chef de l'opposition officielle à Ottawa, Thomas Mulcair, a réagi à la catastrophe alors qu'il participait au congrès des jeunes du NPD à Montréal.

«Dans les prochains mois, il y aura un débat réel sur la gestion et l'exploitation de nos ressources naturelles. Si on commence à couper les réglementations des compagnies ferroviaires qui transportent du pétrole, il est facile de constater qu'on va avoir plus d'accidents comme celui de ce matin.»

 

(Crédit photo: Agence QMI)

 

«Quand on va commencer à avoir ces débats, souvenez-vous de ce matin. On a une petite ville magnifique qui est en train de brûler. Comment est-il possible que M. Harper et les conservateurs décident de couper les inspections pour les compagnies ferroviaires qui transportent le pétrole?»

Quant au ministre Hébert qui a tenu un court point de presse à Lac-Mégantic en fin d'avant-midi, il a promis que les sinistrés seraient pris en charge rapidement.

La Croix-Rouge a installé un centre d'hébergement temporaire à l'école Montignac et travaille actuellement à installer un dortoir pour le millier de résidants évacués.

 

 

Dans la même catégorie