/news/homepage

La colère de la famille d'une victime

TVA Nouvelles

Près de dix jours après la terrible tragédie ferroviaire qui a frappé Lac-Mégantic, seulement neuf victimes ont été identifiées.

Parmi celles-ci, la jeune Mélissa Roy, 29 ans. Bien qu'elle vive un deuil difficile, sa famille s'est confiée à TVA Nouvelles.

«J'ai perdu mon rayon de soleil. Ma fille était un rayon de soleil. Il y a pas de mots», indique sa mère.

Malgré la tristesse qui les habite, ses parents se comptent pourtant privilégiés que son corps ait pu être identifié.

«Ça nous a aidés. Et son conjoint, on dirait que ça lui a fait du bien à lui aussi de savoir. Parce qu'être dans l'inconnu, c'est très, très ordinaire», fait savoir Réjean Roy, le père de Mélissa.

Un coroner les a rassurés sur ses derniers moments de vie. Elle aurait péri par suffocation peu de temps après le déraillement tragique.

«Moi, je la voyais comme une torche humaine. Dans ma tête à moi, elle brûlait debout», explique sa mère.

«Ce n'était vraiment pas une belle image que je voyais parce qu'on ne souhaite pas ça à notre pire ennemi. De mourir brûlé, je pense que c'est une des pires morts.»

La famille tente toutefois de retrouver un semblant de vie normal.

Colère contre MMA

Mais en plus de la peine, la colère est aussi bien présente dans les propos de la famille Roy, étant donné que la tragédie pourrait être le résultat de négligence.

«La sécurité, ça existe. Le ministère des Transports n'a pas fait sa job. Tous les intervenants à travers tout ça n'ont pas fait leur job», s'indigne Réjean Roy.

«Il faut qu'ils fassent de quoi. Monsieur Harper est venu. Va-t-il faire de quoi? Le propriétaire de la MMA devrait être poursuivi au criminel.»

Dans la même catégorie