/regional/montreal/montreal

Denis Coderre critique la vision de Luc Ferrandez

Étienne Laberge

L'aspirant maire de Montréal, Denis Coderre, a recommandé à Luc Ferrandez de moins voyager et de se concentrer sur Montréal.

Après une visite dans sept grandes villes d'Europe, le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, racontait lundi que les conseillers de la Ville et le gouvernement québécois devraient s'inspirer de l'architecture moderne et du design du Vieux Continent pour rehausser la signature visuelle de la métropole.

Le «skyline» de Montréal, disait-il, est «soigné» mais ne pousse pas à dire «Wow!» Il enviait également les réseaux de transport en commun, notamment à Vienne, où il a séjourné.
Force est de constater que Denis Coderre ne partage pas cette opinion.

Le candidat à la mairie, réputé pour son franc-parler tout comme M. Ferrandez, recommande aux élus de rester un peu plus en sol québécois et de s'attaquer aux choses sérieuses.

«Faudrait peut-être un peu moins voyager ailleurs pour s'inspirer, et peut-être s'assurer que nos choses fonctionnent ici avant», a-t-il déclaré en marge d'une conférence de presse, où il présentait un candidat en vue des élections du 3 novembre.

«C'est ben beau faire des voyages, pis dire qu'on s'inspire et qu'on peut faire la même affaire, mais moi, tout l'été, j'ai voyagé à Montréal. Je l'aime pour sa diversité. Il y a des belles choses et je veux qu'on travaille dans le respect de cette belle diversité», a poursuivi M. Coderre.

Réagissant à ces propos, Luc Ferrandez a simplement qualifié de «dommage» cette façon de concevoir le développement futur de Montréal.

Dans la même catégorie