/regional/centreduquebec

Prise deux pour Gilles Gagné

TVA Nouvelles

On pourrait décidément dire que la détermination a un nom. Blessé, éjecté de sa moto à 200 km/h l'an dernier dans le désert de sel de Bonneville en Utah, Gilles Gagné y retourne dans trois semaines, déterminé à reconfirmer son propre record.

Il y va avec une moto de 240 chevaux. On l'a retouchée, remodelée tant et si bien que les tests réalisés ces dernières semaines sur la piste de l'aéroport de St-Georges-de-Beauce permettent d'espérer se démarquer cette année.

«On a roulé à 285 km/h avec celle-ci. Si on roule à cette vitesse là-bas, elle marque un record», mentionne Gilles Gagné.

Toutefois, ce n'est pas lui qui va la conduire cette fois, mais bien Patrick Lessard de Thetford-Mines. Gilles Gagné va s'en tenir à la 300cc quand même.

«J'ai établi la marque mondiale avec celle-là à 232 kilomètres à l'heure avec un 300 cc, ça mettait la norme. C'est la vitesse que j'ai faite l'an passé. C'est sûr que j'aimerais ça la répéter, explique-t-il. Les choses qui ont vraiment de la valeur, c'est les choses qui ne s'achètent pas. Ça ça ne s'achète pas. Si je le veux, il faut que je le fasse.»

Et cette année encore, il a la certitude qu'Anne-Marie Cotnoir, cette jeune femme de 25 ans décédée du cancer en 2005 qu'il avait prise sous son aile, sera là, comme elle lui a semblé si proche l'an dernier.

«Cette fille m'a appris à dépasser mes limites.»

Après tout, il avait confondu les septiques en 2009 en atteignant une vitesse de 326 km/h avec une motoneige, un record encore imbattu.

«Je vais peut-être aller au bout de ce que moi je prétendais pouvoir faire, puis je vais être content de ça. On s'arrête là», conclut-il.

D'après le reportage de Marcel Gagnon