/regional/montreal/montreal

Hommage à des militaires québécois tués en Afghanistan

Henri Prévost

Une cérémonie d'hommage aux 12 soldats de la région de Montréal qui ont perdu la vie depuis le début du conflit armé en Afghanistan s'est déroulée samedi au local de la Légion canadienne à Saint-Jérôme, dans les Laurentides.

Une centaine de vétérans, de dignitaires ainsi que des membres des familles des disparus participaient à cet événement mis sur pied par l'organisme Honorons nos soldats canadiens.

Il s'agissait d'une première célébration du genre initiée par des civils au Québec.
«C'est un rêve que j'avais», a confié Lise Charron, qui avait fondé l'organisme après avoir été profondément touchée par la mort d'un soldat originaire de sa petite ville du nord de l'Ontario.
«Ces hommes étaient des volontaires et provenaient de partout au pays», a tenu à rappeler Mme Charron en parlant des 158 militaires canadiens qui ont péri en Afghanistan.

Arborant leur veste de cuir bardée de médailles et d'écussons, les dirigeants de la Légion de Saint-Jérôme et des membres des Vétérans ONU-OTAN ont assisté à la présentation des familles des disparus, ainsi qu'au dépôt de couronnes et de petits drapeaux canadiens symboliques sur le parterre du local de la Légion.

Certains militaires se sont difficilement livrés à une courte allocution, la voix brisée par l'émotion.

«J'ai perdu deux amis intimes et plusieurs autres membres de mon unité. Aucun discours, aucune promesse ne les ramèneront à nous, a dit Sylvain Beauchamp, président régional des Vétérans ONU-OTAN. Tant que nous parlerons d'eux, ils ne seront pas oubliés.»

La tristesse était aussi présente dans le témoignage des parents des disparus.

«J'ai vu de mes yeux les changements que nos soldats ont faits en Afghanistan, où les enfants peuvent maintenant aller à l'école. Mais à quel prix?» a demandé le père du soldat Yannick Scherrer. Aujourd'hui, je sais à quel prix.»

«Il ne faut pas oublier non plus ceux qui sont revenus, parce qu'ils ont vécu des choses très difficiles», a souligné Nicole Robidoux Beauchamp, qui a perdu son fils, mais qui explique à ses deux petits-enfants l'importance de continuer à vivre pour conserver le souvenir de leur papa.

«Si nous pouvons agir librement en toute démocratie, c'est parce que des hommes se sont battus», a affirmé le maire de Saint-Jérôme, Marc Gascon.

Les douze soldats morts en Afghanistan sont Michel Lévesque, Alexandre Péloquin, Ainsworth Dyer, Jason Warren, Christian Duchesne, Nicolas Beauchamp, Martin Joanette, Patrice Audet,Yannick Scherrer, Christos Karigiannis, Simon Longtin et Sébastien Courcy.