/regional/montreal

Une vie bouleversée

TVA Nouvelles

Cinq ans après avoir été tabassée par une élève de son école secondaire, Marylou Côté, 18 ans, vit encore avec les séquelles psychologiques et physiques de cette agression qui a changé sa vie.

La dernière fois que Marylou a foulé le sol de la cour de son école, elle avait 13 ans. Après toutes ces années, elle est retournée sur les lieux avec Jasmin Roy qui lutte contre l'intimidation.


(Crédit photo: TVA Nouvelles)

«Ça rappelle de mauvais souvenirs», raconte la jeune femme.

Les années sont passées, mais pas les images, qui restent imprégnées. Les mots restent prisonniers dans sa gorge. La peur prend toute la place.

Un jour, une élève de 16 ans qui l'intimidait souvent l'a battue sur le terrain de basket. Elle a subi une commotion grave, dont elle garde des séquelles.

«Du jour au lendemain, Marylou a coupé tout contact avec ses amis de son âge. Elle s'est vraiment isolée. Elle ne faisait plus confiance à personne. Ça, en tant que parent, ç'a été très difficile», explique son père, Alain Côté.


(Crédit photo: TVA Nouvelles)

Son agresseuse a été condamnée à des travaux communautaires et à une aide psychologique, auquel sa victime n'a pas eu droit. Les factures pour le suivi, ce sont les parents qui les ont payées.

Marylou n'est jamais retourné à l'école, elle a suivi ses cours de la maison, mais il lui en manque encore trois pour compléter son secondaire.

Mais comme elle a maintenant 18 ans, elle n'aura plus accès au programme d'éducation à la maison.

«Marylou, c'est sûr, avait des rêves. Elle voulait être vétérinaire. Bon, je pense que vétérinaire, ça ne pourra pas fonctionner», de dire sa mère.

Marylou avait accepté de retourner à l'école parce que Jasmin Roy avait promis de l'accompagner. Pour ce dernier, on banalise trop souvent les cas d'intimidation.

L'avenir? Marylou ne peut le prédire. Elle reste prisonnière des images et des souvenirs qui la hantent. Une victime de plus de l'intimidation au Québec.