/finance/homepage

Martine Ouellet va avoir «une petite discussion» avec Thierry Vandal

TVA Nouvelles

Agence QMI

Le grand patron d’Hydro-Québec va passer un mauvais quart d’heure. La ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, ne digère pas d’avoir été mal informée par Thierry Vandal sur les causes des importantes pannes d’électricité survenues cet été durant les feux de forêt.

«C’est clair qu’on va avoir une petite discussion pour s’assurer que les bonnes informations circulent», a dit la ministre Ouellet, mardi.

Les feux de forêt n’ont pas été l’unique cause des pannes d’électricité du 3 juillet, qui avaient privé de courant des milliers de Québécois durant plusieurs heures, a appris notre Bureau d’enquête. Le mauvais fonctionnement d’un disjoncteur et son système de relève sont également en cause, des informations qui ont été transmises au North American Electric Reliability Corporation (NERC), mais pas au gouvernement du Québec.

Martine Ouellet, qui s’était fiée aux explications de M. Vandal, réclame plus de transparence.

«Je vais dire (à Thierry Vandal) que c’est important qu’on ait les bonnes informations lorsqu’il y a des dossiers comme ceux-là et que ces informations-là doivent circuler de façon fluide et rapidement», a insisté la ministre.

Mme Ouellet a eu accès dans les dernières heures au rapport acheminé aux autorités américaines.

«C’est clair que l’événement qui s’est produit est dû à deux phénomènes : le phénomène des feux de forêt auquel s’ajoute la question des entretiens», a-t-elle renchéri.

L’appel du gouvernement Marois à plus de transparence n’avait toutefois pas encore eu d’écho chez Hydro-Québec, mardi.

La société d’État a indiqué en avant-midi au «Journal de Québec» que les informations contenues dans le rapport transmis aux Américains sont «confidentielles». «Conséquemment, il (le rapport) ne sera pas rendu public», a-t-on précisé.

Hydro-Québec a même redit «que ce sont les feux de forêt qui ont causé les perturbations du 3 juillet tout comme les autres perturbations survenues pendant la même période de temps, et non l'activité de maintenance».