/news/homepage

Hydro-Québec n'est plus compétitive

TVA Nouvelles

Malgré des surplus d'électricité sans précédent, Hydro-Québec n'est plus en mesure d'offrir aux grandes entreprises les meilleurs tarifs d'électricité en Amérique Nord.

C'est ce que le gouvernement Marois a reconnu implicitement lundi dernier en offrant au rabais des quantités énormes d'électricité afin d'attirer de nouvelles entreprises au Québec.

Pendant 20 ans, de 2007 à 2027, la centrale au gaz de Bécancour, dans le Centre-du-Québec, ne produira que 13% de l'électricité qu'Hydro-Québec s'est engagée à acheter par contrat.

Ce sont alors les quatre millions de consommateurs québécois qui devront payer à la compagnie 1,8 milliard de dollars en pénalités, l'équivalent du coût de construction du CHUM de Montréal.

Et avec les parcs éoliens imposés par Québec aux clients de la société d'État, la facture des surplus risque d'être encore plus salée.

«Le consommateur écopera d'environ 830 millions de dollars par année, ce qui représente à peu près 8% sur sa facture», détaille le directeur général de l'Association québécoise des consommateurs industriels d'électricité, Luc Boulanger.

Avec ces coûts supplémentaires, le tarif de 4,7 cents le kilowatt-heure offert aux entreprises n'est tout simplement plus compétitif en Amérique du Nord.

«En Amérique du Nord, au Québec, on n'a pas les plus bas tarifs pour les industriels, loin de plusieurs juridictions américaines qui offrent des tarifs beaucoup plus avantageux que ceux qui sont offerts présentement au Québec», explique M. Boulanger.

L'association donne l'exemple d'une industrie déjà implantée au Québec qui a réussi à trouver de meilleurs tarifs d'électricité dans l'État de New York, en Louisiane et dans le golfe du Mexique.