/finance/homepage

Surplus d'énergie : rien pour les alumineries

TVA Nouvelles

Le gouvernement Marois a annoncé la semaine dernière vouloir profiter des surplus d'énergie pour attirer des entreprises au Québec en leur facturant l’électricité à rabais. Mais rien ne serait prévu pour les alumineries.

Les neuf alumineries du Québec exportent pourtant davantage que l'industrie aéronautique ou celle du papier journal et elles souhaiteraient investir 7 milliards $ dans l'économie québécoise, notamment à Sept-Îles et Alma, sur la Côte-Nord et au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Or, ces entreprises ont des coûts d'électricité exorbitants, parmi les plus élevés de la planète.

«Avec la hausse qui est demandée au moment où l'on se parle, on va porter le bonnet d'âne dans la classe. On va être les derniers de classe au monde», a déploré le président de l'Association de l'aluminium du Canada, Jean Simard, qui souhaiterait pour être concurrentiel un tarif de 2,8 cents le kilowatt-heure, soit presque 2 cents de moins que le Tarif L de 4,7 cents, actuellement facturé aux grandes industries au Québec

Ce tarif imposé par Hydro-Québec ne serait plus le plus compétitif en Amérique du Nord.

D’après l'association, une entreprise déjà implantée au Québec a déjà réussi à trouver de meilleurs tarifs d'électricité dans l'État de New York, en Louisiane et dans le golfe du Mexique.