/regional/quebec

Manifestation contre la répression policière

TVA Nouvelles

Une cinquantaine de personnes ont manifesté ce midi contre la répression policière à l'endroit des marginaux et itinérants à Québec.

Les manifestants ont défilé pacifiquement depuis le quartier Saint-Roch jusqu'à l'hôtel de ville. Le tout s'est déroulé sans incident.

Regroupés sous la bannière de la section locale de la Ligue des droits et libertés les manifestants reprochaient aux policiers de Québec de remettre à répétition des constats d'infraction aux itinérants et marginaux, particulièrement dans le quartier Saint-Roch.

«Nous, ce qu'on dit, ce que la répresion, les contraventions, ce n'est pas une solution pour régler le problème de l'itinérance. Il y a des règlements qui sont absurdes, à notre avis, et qui ne devraient pas exister. Par exemple, on n'a pas le droit d'être dans un parc entre 23 h et 5 h», d'expliquer Sébastien Harvey.

(Agence QMI)

Président du syndicat des policiers de Québec, Bernard Lehré soutient qu'au contraire, les policiers émettent de moins en moins d'avis de contravention à des marginaux et itinérants.

«Il y a eu une hausse de 2000 à 2600, mais, depuis 2006, c'est en chute libre, au niveau de la répression des itinérants. ce n'est pas ce que les policiers souhaitent et même, depuis le début de l'année, la Cour municipale a mis sur pied un tribunal spécial pour ces gens-là, pour ne pas les criminaliser.»

Un site d'injection supervisé

En filigranne derrière cette manifestation contre la "répression policière" une manifestation en faveur de l'implantation d'un site d'injection supervisée à Québec. Parce que, souvent, ces marginaux qui errent la nuit dans les parcs publics s'y rendent pour s'injecter des drogues.

«S'il y avait un service d'injection supervisée, les personne auraient probablement mois tendance à aller dans des endroits qui peuvent être dangereux pour eux et, aussi, il y aurait beaucoup moins de seringues à la traîne», revendique Pierre Frappier de l'ADDICQ, une organisation qui défend les droits des consommateurs de drogues.