/finance/finance

«C'est extrêmement grave»

Michel Morin

Selon ce qu'a appris notre Bureau d'enquête, la compagnie Alcoa qui exploite trois alumineries au Québec, a fait parvenir hier à la société d'État un préavis de 12 mois, au terme duquel elle pourrait, avec le passage au tarif L de la Société d'État, fermer définitivement, à compter du premier janvier 2015, ses alumineries de Bécancour, Baie-Comeau et Deschambault.

Alcoa c'est 3 des 9 alumineries du Québec. Alcoa consomme plus d'électricité que toutes les usines de pâtes et papier de la province. Les trois alumineries fournissent de l'emploi à 3,300 travailleurs, qui peuvent facilement gagner 100,000 dollars par année.

Mais voilà, à compter du ler janvier 2015, la facture d'électricité des 3 alumineries passera de 350$ millions à 570$ millions; une augmentation de 60%.

Par exemple à Bécancour, selon les chiffres obtenus par TVA Nouvelles, l'aluminerie réalise actuellement des profits d'une trentaine de millions de dollars par année. À compter du 1er janvier 2015 avec le tarif L d'Hydro-Québec, la facture d'électricité augmentera d'une centaine de millions.

(Photo Agence QMI)

Comme ce fut le cas depuis 25 ans la multinationale voudrait maintenant des contrats à partage de risque de 3 cents le kWh qui évolueraient à la hausse en fonction du prix mondial de l'aluminium.

 

(Photo Agence QMI)

Elle paie aujourd'hui son électricité moins de 3 cents, un des plus bas de la planète. Avec le tarif L d'Hydro-Québec, elle se retrouverait dans le groupe du 20% des alumineries dont les coûts sont les plus élevés à l'échelle mondiale.

Un choc tarifaire de 220$ millions la première année pour une multinationale qui avec la crise actuelle n'a fait que 280$ millions de profits l'an dernier.

Dans ses dernières annonces économiques le gouvernement Marois a choisi d'ignorer les alumineries et les régions qui en dépendent. Si Alcoa devait fermer, les surplus d'énergie dont on parle depuis plusieurs mois doubleraient d'un seul coup.

Impact sur les consommateurs

Et puisqu'il faut honorer les contrats avec les producteurs privés d'électricité, l'impact sur la facture des consommateurs québécois qui sont déjà aux prises avec une augmentation possible de près de 6% de leurs tarifs, serait de plus de 2%

Un message «extrêmement grave»

Les réactions ont fusé à Québec. L'opposition estime que c'est une menace à prendre au sérieux et qu'il faut agir rapidement.

François Bonnardel (TVA nouvelles)

«C'est extrêmement grave le message qu'Alcoa envoie au gouvernement du Québec, a déclaré François Bonnardel, porte-parole de la CAQ en matière de ressources naturelles. Le Parti québécois, dans sa politique de ‘Priorité emploi', a négligé les grands consommateurs comme Alcoa, comme Rio Tinto. On peut avoir des politiques d'électrification des transports, mais il faut penser à ces grands de l'industrie qui font travailler, des milliers d'emplois à 100 000$ de l'emploi.»

Julie Boulet, porte-parole libérale en matière de forêt et d'énergie n'a pas caché son désarroi lorsqu'elle a appris la nouvelle.

Julie Boulet (TVA Nouvelles)

«Ce qui m'inquiète davantage, c'est que ce dossier relève de la ministre des Ressources naturelles, Mme [Martine] Ouellet. On sait qu'elle est contre les mines, contre le Plan Nord, contre les forêts. Alors là, je m'inquiète. Est-ce qu'elle va être prête? Je pense qu'elle a le devoir et la responsabilité de s'asseoir avec les gens de l'industrie, du secteur de l'aluminium, de discuter avec eux et de trouver des pistes de solution.»