/regional/montreal/montreal

Le directeur général conteste son congédiement

Alex Bernard

Dans un communiqué envoyé au Journal de Chambly en toute dernière heure, le directeur général de la Ville de Chambly qualifie d'illégal son congédiement suite à la résolution votée par le conseil la semaine dernière.

«On vise ici à cacher par des calomnies, les réelles motivations de l'administration de Denis Lavoie. Ce dernier désire à tout prix ternir ma réputation et prendre des mesures de représailles contre moi, puisque j'ai osé accomplir mon devoir et collaborer lors d'une intervention des enquêteurs de la Commission Charbonneau», a affirmé M. Jean Lacroix.

Rappelons qu'à quelques jours de la fin de la campagne électorale, un article dans le Journal de Montréal faisait état d'un rapport écrit par M. Lacroix où celui-ci affirmait avoir relevé des dépassements de coûts dans certains contrats de 2005 à 2008.

M. Lacroix a déposé une plainte auprès de la Commission des normes du travail en vertu des nouvelles dispositions en vigueur de la loi visant à protéger les personnes ayant collaboré à la lutte contre la corruption, dit-il.

«Mon rôle d'officier municipal commande de protéger la relation de confiance que doit avoir la population envers les employés de son administration locale. Dans cette perspective, il apparaît incontournable que les fonctionnaires municipaux puissent agir comme chien de garde d'une bonne administration lorsque sont soupçonnés certains abus. Ils ne doivent pas cependant redouter que ce comportement légitime entraîne des mesures discriminatoires voire même leur congédiement!» a-t-il ajouté.

M. Lacroix est également entré en contact avec la CSST puisque la mesure, «punitive», estime-t-il, de la Ville de Chambly intervient au moment où il est en congé de maladie. Il attend toujours le verdict de la Commission des lésions professionnelles concernant sa demande de reconnaissance d'un accident de travail, mentionne-t-il.

Le directeur général entend aussi contester son congédiement devant la Commission des relations du travail et faire annuler ce dernier.

«Alors que le milieu municipal est secoué par des allégations de corruption, plusieurs élus municipaux et fonctionnaires à travers le Québec travaillent ensemble dans le respect des règles d'éthique qu'ils se sont données.»

«Comme directeur général de la ville de Chambly, j'estime avoir agi conformément à mon devoir, en collaborant avec les acteurs de la Commission Charbonneau et en contribuant ainsi à l'assainissement du milieu municipal pour lequel je me suis dévoué avec passion depuis maintenant 20 ans», a-t-il conclu.