/news/homepage

La CAQ veut une révision à la baisse

Patrick Georges

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) exhorte Hydro-Québec à limiter la hausse des tarifs d'électricité demandée à la Régie de l'énergie.

Pour François Legault, l'augmentation prévue de 5,8% est «inacceptable» et ne devrait pas dépasser 2,2%, puisque l'inflation correspond à 1,4% et le remboursement de la dette à 0,8%.

«Ce n'est pas aux consommateurs de payer pour les pertes d'Hydro-Québec. [...] Le PQ et le PLQ doivent arrêter de presser le citron des consommateurs», a-t-il martelé en point de presse mercredi matin, dénonçant une «taxe déguisée».

La Régie de l'énergie doit statuer sur la hausse demandée par Hydro-Québec en janvier. Si elle est acceptée, cela représentera 75 $ de dépenses supplémentaires par année pour une famille moyenne, estime M. Legault.

L'analyste des politiques énergétiques à l'Union des consommateurs, Marc-Olivier Moisan-Plante, va dans le même sens que François Legault.

«Il n'y a aucune amélioration de la qualité des services d'Hydro-Québec et on constate même une baisse de la demande électrique industrielle. C'est donc une hausse artificielle», a conclu M. Moisan-Plante, estimant que le gouvernement québécois protège d'abord ses intérêts au détriment des citoyens. Le gouvernement tente d'utiliser les tarifs d'Hydro-Québec pour combler ses besoins financiers.»

Le porte-parole de la CAQ en matière de ressources naturelles, François Bonnardel, a estimé pour sa part que la société d'État devrait cesser de développer des projets d'énergie éolienne, du moins pour l'instant.

«Hydro-Québec évalue ses pertes, seulement pour l'énergie éolienne, à 1,7 milliard $ d'ici 2020. Ce qu'on dit, c'est qu'à court terme, on doit mettre un frein à ces projets parce que les surplus sont énormes», a-t-il dit, estimant que les Québécois n'avaient pas à payer pour ces «décisions électoralistes» sur leur facture d'électricité.

Par ailleurs, François Legault a demandé au chef du Parti libéral du Québec (PLQ), Philippe Couillard, de prendre position clairement sur la question. «S'il veut vraiment devenir premier ministre, il ne peut pas continuer à surfer en ne disant rien», a clamé le chef de la CAQ.

En audience devant la Régie de l'énergie le 6 décembre dernier, Hydro-Québec avait demandé l'autorisation d'augmenter ses tarifs d'électricité de 5,8%. La Régie doit statuer sur la hausse demandée par Hydro-Québec en janvier.

Prix compétitifs

De son côté, la ministre des Ressources naturelles s'en remet à la Régie de l'énergie.  «La Régie va statuer. Vous savez, le secteur énergétique a grandement changé au niveau mondial, et le Québec reste encore un des endroits à travers le monde avec les prix les plus compétitifs du côté de l'énergie »,dit Martine Ouellet, la ministre des Ressources naturelles.

 Dans l'éventualité où elle serait approuvée, la hausse entrera en vigueur le 1er avril prochain.

Dans la même catégorie