/news/homepage

L'intervention d'Interpol réclamée

Ewan Sauves

Porté disparu au Mexique depuis mars dernier, le Québécois Marc Ménard serait toujours en vie, selon les informations recueillies par sa famille et ses proches. Ceux-ci réclament l'intervention immédiate d'Interpol dans le dossier.

Devant ce qu'ils qualifient d'inaction du gouvernement canadien, les amis de Marc Ménard ont décidé de mener leur propre enquête sur sa disparition. Selon eux, l'homme de 46 ans serait actuellement détenu contre son gré par le cartel des Zetas, considéré comme le groupe criminel le plus violent du Mexique.

Le 15 décembre 2012, Marc Ménard s'est envolé pour l'Amérique centrale pour un voyage de ressourcement.

Fanatique des légendes et du peuple maya, il a passé la fin de l'année 2012 au Guatemala. Le 14 mars 2013, le globe-trotteur s'apprêtait à traverser la frontière mexicaine au nord du pays, non loin de la ville Nuevo Laredo, lorsqu'il a été intercepté par deux hommes. Marc Ménard a été kidnappé sur le champ.

«Notre dernière communication avec Marc a été à 544 kilomètres de Nuevo Laredo, explique avec émotion Marie-Josée Tessier, amie et collègue de travail de Marc Ménard. Il nous a dit qu'il était en route et qu'il avait hâte d'arriver à la maison.»

Marie-Josée Tessier, qui parle couramment l'espagnol, a pris contact avec plusieurs résidents du coin afin d'amasser le plus d'informations. Elle a également analysé les rapports d'enquête de la police locale.

Signe de vie

Le 9 août, un premier signe de vie a redonné de l'énergie à toute l'équipe. Marc Ménard aurait été aperçu dans un magasin à Nuevo Laredo.

«On a reçu un appel d'une dame mexicaine, qui dit lui avoir parlé. Elle a collaboré avec nous, elle était sincère, elle ne voulait pas d'argent, se remémore Mme Tessier. Elle a dit que Marc semblait nerveux, qu'on le surveillait et qu'il ne pouvait pas parler.»

Depuis cette piste, la famille ne perd pas espoir. Marc ne serait pas mort, mais plutôt séquestré et forcé à travailler pour le cartel des Zetas, croit-elle.

«On est convaincu qu'il est en vie et que tant qu'il ne fait pas de faux pas, il restera en vie, ajoute Marie-Josée Tessier. S'il continue comme ça, il peut être séquestré pendant très longtemps.»

Pétition à Ottawa

À l'approche du premier anniversaire de la disparition de Marc Ménard, le député néo-démocrate de Laval - Les Îles, François Pilon a accepté de parrainer une pétition demandant l'intervention immédiate d'Interpol (l'organisation internationale de police criminelle) dans le dossier.

Le député déposera les signatures recueillies à la Chambre des communes le 27 janvier.

«Il est arrivé la même chose à la fille d'une amie de ma femme. Elle a été portée disparue à Hawaï et on ne l'a jamais retrouvée», a partagé François Pilon.

«Je ne sais pas si je vais être capable de faire quelque chose, mais je vais faire mon possible», a-t-il promis.