/finance/homepage

Une gare de l'AMT installée à l’aéroport de Mirabel ?

TVA Nouvelles

Agence QMI

La gare de Saint-Janvier de Mirabel pourrait-elle finalement être installée dans les installations abandonnées de l’aéroport de Mirabel ? C’est une option qui doit être analysée, croit Denise Beaudoin, la députée péquiste de Mirabel.

On se rappellera que l’Agence métropolitaine des transports (AMT) a été mandatée en septembre dernier par le ministre des Transports, Sylvain Gaudreaut, pour trouver un emplacement en zone urbaine du quartier Saint-Janvier où l’actuel train de banlieue Saint-Jérôme-Montréal ne fait aucun arrêt.

La Ville de Mirabel tenait alors mordicus à installer la gare sur la rue Victor, plus à l’ouest, en zone agricole. Le maire de l’époque, Hubert Meilleur, a bataillé depuis 2006 pour obtenir ce site qui demeure encore le premier choix de la municipalité.

De son côté, l’Union des producteurs agricoles recommandait deux emplacements sur la rue Charles. Finalement, au milieu de 2013, la Commission de protection du territoire agricole a rejeté l’idée de gruger une terre agricole pour les installations des infrastructures de la gare.

En 2013, la députée Denise Beaudoin avait demandé à la Ville de prendre en considération le site de l’aérogare de Mirabel, mais avait été ridiculisée par le maire de Mirabel. Il avait répliqué par l’affichage de pancartes de long de l’autoroute 15 et de la route 117 pour dénoncer le refus du gouvernement Marois d’accéder à sa volonté.

«À la demande de l’AMT, nous avons produit un mémoire. Nous lui avons suggéré d’analyser aussi l’emplacement de l’aérogare de Mirabel car, à notre avis, cela permettrait d’utiliser les infrastructures abandonnées. Il y a suffisamment de places de stationnement et cela n’exigerait pas d’expropriation, ni de terres agricoles, ni de terrains en milieu urbain», explique la députée de Mirabel.

Une décision au printemps

L’AMT confirme qu’elle a demandé à une quinzaine de partenaires de lui fournir ses recommandations et que moins de la moitié a fait connaître sa position. Elle a aussi orchestré des négociations entre le syndicat de base de l’Union des producteurs agricoles et des représentants de la Ville.

«Avec le nouveau maire, les discussions étaient plus constructives et réalistes. Le compromis ultime n’est pas encore trouvé, mais il nous apparaît que l’AMT a tout en main pour prendre une décision éclairée», a mentionné René Ledoux, le directeur général de la Fédération de l’UPA Outaouais-Laurentides.

Jean Bouchard, le nouveau maire de Mirabel, est estomaqué par la proposition de la députée Beaudoin.

«Pouvons-nous régler le dossier de la gare à Saint-Janvier avant de parler de rendre le train à l’aérogare? Pour arriver au site de l’aéroport, il faut un chemin de fer. La députée dit qu’elle ne veut plus d’expropriation et il faudrait alors en faire sur des terres agricoles», réplique-t-il.

Le maire Bouchard dit ne pas s’opposer à l’idée d’une gare à l’aéroport, mais il privilégie d’abord de clore le dossier actuel.

«Je ne suis pas contre une 2e gare de train de banlieue qui se rendrait à l’aérogare de Mirabel. C’est peut-être une bonne idée. Mais pour l’instant, je veux focaliser sur le projet à Saint-Janvier», conclut-il.