/regional/montreal/montreal

Du nouveau pour les greffes pulmonaires au CHUM

Patrick Georges

Le CHUM se hisse parmi les leaders mondiaux dans le domaine de la transplantation pulmonaire grâce à l'acquisition de deux nouveaux appareils «avant-gardistes» qui vont lui permettre d'augmenter le nombre de donneurs de 25 %.

Lundi matin, le directeur chirurgical du programme de transplantation du CHUM, Dr Pasquale Ferraro, a annoncé l'achat de deux appareils de perfusion «ex vivo».

Ceux-ci permettent d'assurer l'apport en sang et en oxygène des poumons appelés à être transplantés sur des patients atteints de fibrose kystique, entre autres.

«Avec cette technologie, on arrive à recréer la physiologie, l'environnement normal du poumon. Cela permet une meilleure préservation et un meilleur traitement des organes», a indiqué Dr Ferraro, lors de la présentation.

L'un des appareils sera destiné au centre de recherche du CHUM tandis que l'autre servira essentiellement les quelque 50 transplantations pulmonaires que l'établissement souhaite effectuer chaque année.

Diminuer les décès

D'après Dr Ferraro, le système de perfusion permettra de réaliser de 10 à 12 transplantations pulmonaires par année dans un contexte où la pénurie d'organes demeure «problématique».

Selon Transplant Québec, le nombre de donneurs québécois est insuffisant par rapport à la population. L'organisme estime que l'on compte 20,2 donneurs d'organes par millions d'habitants, alors que ce chiffre devrait plutôt se situer autour de 25.

Actuellement, entre 10 et 20% des patients inscrits sur la liste d'attente de transplantation du CHUM décèdent avant d'obtenir leur greffe de poumons. L'acquisition des appareils ex vivo devrait donc permettre un recul du taux de décès.

Une rareté en Amérique du Nord

En Europe, à peine une dizaine d'établissements de santé utilisent cette technologie de pointe, qui n'est toujours pas disponible aux États-Unis.

Le CHUM devient donc le deuxième centre hospitalier en Amérique du Nord à se doter d'une telle technologie, après Toronto.

Dr Ferraro s'attend à pouvoir utiliser le nouvel appareil d'ici un mois. À ce jour, 91 Québécois sont toujours en attente d'une transplantation pulmonaire.