/finance/homepage

La Régie ne donnera pas à Hydro-Québec les tarifs voulus

TVA Nouvelles

Au lieu d'obtenir une hausse de 5,8% des tarifs d'électricité, Hydro-Québec pourrait devoir se contenter de 5% en raison d'une décision défavorable de la Régie de l'énergie.

L'autorité réglementaire a rendu publique, mercredi matin, sa décision sur le taux de rendement qu'elle autorise à la société d'État. Hydro réclamait 9,2% mais la Régie lui a autorisé 8,2%.

Comme le taux de rendement ne représente que 2,4 points dans les tarifs exigés, la Régie pourrait réduire de 0,8 point à 5% la hausse d'ensemble, indique l'Union des consommateurs. Une économie de 80 M$. On en saura plus dans quelques jours.

«Hydro-Québec va prendre connaissance de la décision de la Régie», signale le porte-parole Patrice Lavoie à titre de réaction.

Encore trop ?

L'Union des consommateurs exprime sa déception car le rendement que Hydro-Québec obtient est jugé généreux. «On donne un rendement qui s'approche de celui donné aux compagnies au Canada et aux États-Unis, dit Marc-Olivier Moisan-Plante, analyste en énergie. Mais on ne remarque pas la gestion faite par l'entreprise, qui n'est pas similaire à celle du privé.»

Selon M. Moisan-Plante, la société d'État surestime trop souvent ses dépenses en faisant ses demandes à la Régie et peut ensuite conserver l'argent… pour en redonner une grande partie en dividende au gouvernement.

Selon ses calculs, 1 G$ ont ainsi été facturés en trop depuis cinq ans.

«Bon an mal an, c'est systématiquement à l'avantage d'Hydro-Québec, dit l'analyste. Les tarifs deviennent des taxes indirectes. Quand l'achat d'électricité venant de l'éolien fait monter les tarifs, ce sont des subventions industrielles qui devraient plutôt être faites à partir de ministères à vocation économique ou à partir d'Investissement Québec.»

La Régie indique toutefois dans sa décision que les trop perçus devront être renvoyés en partie aux clients.

«Nous ne voyons pas pourquoi elle pourrait conserver des montants provenant d'erreurs de prévisions, ajoute Marc-Olivier Moisan-Plante. Nous trouvons que c'est inapproprié.»

D'autres baisses ?

D'autre part, des décisions concernant les secteurs du transport et de la distribution d'électricité pourraient encore réduire la hausse tarifaire accordée à Hydro dans les prochains jours.

«Nous estimons que l'impact sera probablement de 0,5 à 1 point de plus, avance Luc Boulanger, directeur exécutif de l'Association québécoise des consommateurs industriels d'électricité. Ce ne serait pas surprenant que l'augmentation totale soit réduite à 4%.»

M. Boulanger croit que la décision de mercredi est historique. De plus, la Régie va changer le cadre réglementaire d'ici deux à trois ans. «On s'enligne vers une réglementation fondée sur la performance, avec des paramètres précis. À l'heure actuelle, on joue au chat et à la souris dans des dossiers de 10 000 pages.»