/regional/gaspesie

Les excréments rejetés sous la maison et dans la nature

Stéphane Tremblay

Un couple de locataires de Saint-Gabriel-Lalemant, dans le Bas-Saint-Laurent, vit depuis plusieurs mois dans une maison insalubre. Le propriétaire du logement refuse d'effectuer les réparations de la toilette.

Ils sont dans la maison depuis un an, mais c'est l'été dernier que les odeurs ont commencé à les indisposer et qu'ils ont averti leur propriétaire. Ces deux dernières semaines, la situation est devenue invivable. Et ils ont été horrifiés de ce qu'ils ont découvert en cassant le plancher de la toilette.

(TVA Nouvelles)

«J'ai découvert 4 pouces de merde, des vers, des mouches, ça grouillait de partout», a raconté Nathalie Landry. C'est de la merde qui refoule en dessous des deux planchers dans la cave.»

La toilette a été condamnée. Les excréments ne s'évacuent plus par une canalisation, mais sont rejetés directement dans la nature.

«Faut que je fasse ça dans une chaudière, a-t-elle confiée. Je vide ça sur le coin dans le fossé parce que le propriétaire ne fait rien depuis 14 jours.»

Une équipe de TVA a voulu pénétrer à l'intérieur, mais le propriétaire a refusé. Il a même menacé de briser la caméra des journalistes.

Cette situation occasionne des problèmes de santé aux locataires.

«On respire des vapeurs d'excréments, déplorent-ils. Et à cause de l'humidité de la moisissure, j'ai même du linge qui est en train de moisir dans mes bureaux partout. Mes draps, mes couvertes, tout est contaminé. Tout est rendu dégueulasse, ça fait une semaine que j'ai le même linge parce que je n'ose pas toucher aux autres linges».

Mais pourquoi cette étudiante en agriculture ne déménage pas? «On a trois chiens, quatre chats, j'ai mes poules, je suis pognée ici», a expliqué Mme Landry.

«Je veux être dédommagée, ç'a besoin d'être nettoyé. Ce n'est pas vivable»

Lors du passage des journalistes, le propriétaire disait justement vouloir réparer un tuyau cassé, mais il a dû stopper les travaux parce qu'il n'avait pas de permis.