/news/homepage

Les industries également touchées par la hausse

Michel Morin

L'entrée en vigueur de la hausse de 4,3% des tarifs d'électricité ne touche pas seulement les consommateurs. Les industries en sont également affectées.

Notre Bureau d'enquête a rencontré un fabricant de silicium qui a attendu le 1er avril pour redémarrer son troisième four. Au tarif L de 4,7 cents le kWh, l'usine québécoise a les coûts les plus élevés du groupe en Amérique du Nord.

«On fait partie d'un groupe Global Metallurgical qui possède cinq usines aux États-Unis et celle au Québec. Aux États-Unis, les usines ont des tarifs électriques qui varient entre 2,5 cents et demi et 3,5 cents et demi», explique René Boisvert, PDG de Silicium Québec.


(Crédit photo: Capture d'écran, TVA Nouvelles)

Dans l'État de New York et en Virginie, Globe Metallurgical paie 2,5 cents le kWh grâce à deux centrales hydro-électrique, dont une à Niagara Falls.

Même problème pour Alcoa

Le cas de cette usine de silicium au Québec n'est pas unique. En effet, Alcoa qui a une usine d'aluminium dans le parc de Bécancour paie moins cher son électricité dans l'État de New York.

À Massena dans l'État de New York, Alcoa paie, selon nos informations, moins de 3 cents le kWh.

C'est en Alabama que les coûts sont les plus élevés pour le fabricant de silicium. Le groupe paie 3,5 cents et demi le kWh.

«Pour les industriels depuis nombreuses années, les usines aux États-Unis sont beaucoup plus compétitives. Un des grands facteurs est le gaz de schiste», renchérit M. Boisvert.

L'usine de Bécancour bénéficie actuellement de la baisse du dollar canadien.

Avec le tarif L d'Hydro-Québec, le groupe Globe Metallurgical n'est pas prêt à signer avec Hydro-Québec pour de la puissance additionnelle en hiver.