/news/culture

Les clichés ont la vie dure

Élizabeth Ménard

Les différences entre les hommes et les femmes ont toujours été source de moqueries. En 2014, est-il encore possible de rire du sexe opposé sans tomber dans les clichés? Difficilement.

Anaïs Favron, Maxim Martin et leurs invités n'ont malheureusement pas réussi à sortir des sentiers battus, vendredi.

Les deux animateurs du gala Juste pour rire, qui était présenté à la Salle Wilfrid Pelletier, n'ont pas eu la tâche facile. Le thème qui leur a été attribué, le sexe opposé, sent le réchauffé à 10 km à la ronde. Les différences entre les hommes et les femmes ont tellement souvent été l'objet de blagues que la barre était haute pour nous impressionner.

Chapeau à la relève

Comme c'est souvent le cas dans les galas, ce sont surtout les jeunes humoristes qui ont eu le plus de succès. D'abord Simon Gouache, qui a fait la première partie de Louis-José Houde durant la dernière année, a livré un numéro brillant sur la communication dans les couples. On a particulièrement aimé sa description des cheveux de sa blonde qui s'amassent dans le drain du bain. «C'est des cheveux ou un mulot?» Il s'est mérité la première ovation debout du spectacle.

Plus tard dans la soirée, ce fut au tour de Mariana Mazza de s'attirer des applaudissements chaleureux. La jeune humoriste, que l'on a découverte à «En route vers mon premier gala Juste pour rire» a offert un numéro hilarant sur sa féminité. «J'ai du poil, je pet quand je veux et quand je me décrotte le nez, j'espère toujours que c'est pas une gluante parce que j'ai pas envie de me lever pour l'essuyer, je veux juste la «garrocher». Des intéressés?» a-t-elle lancé à la toute fin de son numéro et le public hilare s'est levé pour l'applaudir. «C'est le standing le plus intense que j'ai vu», a dit Maxim Martin en remontant sur scène. Il a d'ailleurs pris quelques secondes pour encourager la relève féminine en humour. «J'ai vu le futur de l'humour et il est féminin», a-t-il lancé.

Échanger les rôles

De quoi les filles discutent dans un souper de filles? Maxim Martin est allé voir par lui-même dans un numéro où Cathy Gauthier et Virginie Fortin consolent leur amie Anne-Elisabeth Bossé qui vient apparemment de rompre avec son copain. On a ensuite eu droit à une série de blagues sur le fait que les filles se disent toujours ce qu'elles veulent entendre et non la vérité.

Plus tard, c'est Anaïs Favron qui s'est incrustée parmi les gars dans un numéro où elle donne un coup de main à Dominic Paquet et Charles Lafortune pour la construction d'un patio. Ce dernier lui confie alors qu'il «fait semblant» de construire le patio pour ne pas que sa femme lui en demande plus.

Ils ont récolté la troisième ovation debout de la soirée.

Vers la fin du spectacle, Maxim Martin et Anaïs Favron sont remontés sur scène pour un numéro d'adieu. Ils ont dit au revoir aux couples qui se sont séparés durant la dernière année, un peu à la manière des galas de remise de prix qui rendent un dernier hommage aux personnes qui sont décédées dans l'année. Éric Lapointe et son ex-conjointe Mélanie, qui ont eu une relation un peu houleuse, ont été l'objet de plusieurs moqueries. Très bon flash.

Le spectacle s'est terminé sur un numéro de Marie-Ève Janvier et Jean-François Breau qui ont interprété une parodie de la pièce «Du plaisir».

Se débarrasser des clichés

Anaïs Favron et Maxim Martin avaient l'ambition d'éviter les clichés avec ce gala sur les sexes opposés. Mais, ils se sont bien vite rendu compte qu'il s'agissait là d'une tâche quasi impossible. Comme l'a si bien dit Maxim Martin en début de gala: «s'il y a encore des clichés, c'est qu'il faut s'en débarrasser».

Le public a chaleureusement applaudi du début à la fin du spectacle. Malgré le temps qui passe, il semble que le thème des sexes opposés n'ait pas fini de faire rire.