/regional/centreduquebec

Un homme qui a vécu l'enfer se confie

TVA Nouvelles

C'est un véritable tabou pourtant c'est bel et bien réel; les hommes aussi peuvent être victimes de violence conjugale. Un homme qui en a été victime et qui a vécu l'enfer s'est confié.

«C'est une mauvaise passe, ça va aller mieux, ça va aller mieux, mais ça n'allait jamais mieux. Ça empirait tout le temps», raconte Guy.

Il y a trois ans, il a été victime de violence conjugale.

«Elle criait après moi, elle me criait des noms devant ses enfants, elle faisait des crises de jalousie démentielles. Elle faisait du chantage émotif, elle disait: "Je vais m'enlever la vie à cause de toi"», ajoute-t-il.


(Crédit photo: TVA Nouvelles)

Il restait avec son ex-conjointe à cause de leur enfant. Mais aujourd'hui, il est enfin sorti de cette relation. Il est maintenant capable d'en parler, mais faire face au jugement des autres est loin d'être facile.

«Il y en a qui sont mal à l'aise, qui ne savent pas comment réagir ou qui se sentent coupables de ne pas avoir vu ça. J'ai eu des commentaires sexistes. J'en ai eu», poursuit Guy.

L'aide se fait rare. Pour le Service d'aide aux conjoints, un organisme de Montréal, il faut briser l'isolement.

«La violence conjugale, la première étape, c'est l'isolement. Il faut d'abord l'isoler pour arriver à pouvoir le manipuler, le contrôler, le dénigrer», explique Yves Nantel du Service d'aide aux conjoints.

Les statistiques sont peu nombreuses. Il y a dix ans, Statistique Canada dénombrait 546 000 victimes masculines.

«Entre 15 et 20% des situations où il y a des plaintes auprès de la police seraient des hommes qui subissent de la violence conjugale», ajoute M. Nantel.

Guy n'a qu'un seul souhait: que les choses changent et que les hommes comme lui qui sont victimes de violence conjugale osent briser le silence.