/finance/realestate

Hypothèques, des prêts renouvelés à l’aveugle

TVA Nouvelles

Lorsque vient le moment de renouveler un prêt hypothécaire, le taux de fidélité des investisseurs est considérablement élevé.

Une étude de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) indique que les prêteurs, une fois qu’ils ont conclu un contrat, sont presqu’assurés de le voir reconduit.«Les gens qui sont dans le milieu bancaire ou hypothécaire savent que c’est comme ça, a fait savoir Patrice Drouin, courtier hypothécaire. Les clients qui sont là depuis longtemps sont souvent perçus comme gagnés davantage.»

Cette réalité perdure depuis plusieurs années et la tendance veut que les emprunteurs restent fidèles, sans même tenter de négocier.

Contrairement aux assurances, où le jeu des comparaisons est plus actif, 44 % des propriétaires canadiens acceptent l’offre du prêteur sans plus de formalité. Selon la SCHL, l’habitude de ne pas questionner est si enracinée que certains propriétaires ne se rappellent même pas comment ils ont renouvelé leur prêt.

L’Association canadienne des conseillers hypothécaires (ACCHA) et Maritz ont fait les mêmes constats, dans une autre enquête, révélant que 39 % des personnes ont renouvelé selon le taux hypothécaire offert initialement par leur prêteur et 5 % ne savaient pas comment ils ont renouvelé.

Pour Patrice Drouin, plusieurs consommateurs se privent d’économies substantielles en raison de l’engagement considérable que représente l’achat d’une propriété.

«Les produits diffèrent d’une institution financière à une autre, a-t-il dit. Si vous allez à une banque X, vous n’aurez pas l’éventail des options disponibles dans d’autres banques. Un conseiller en financement hypothécaire connaît les produits de différents prêteurs et comment ils peuvent être adaptés à chaque situation.»

L’enquête de la SCHL indique que 60 % des 3584 emprunteurs hypothécaires sondés ont changé de prêteur après avoir fait appel à un courtier. Outre flairer la meilleure offre, ce type de consultation peut permettre d’adapter le prêt aux besoins différents qu’implique l’achat d’un chalet, d’un plex ou une résidence familiale.

Des facteurs décisifs

Les taux d’intérêt constituent l’élément clé de la fidélisation. Ce facteur est cité par 59 % des personnes qui ont changé d’institution pour leur prêt, et par 58 % de celles qui ont renouvelé avec leur prêteur.

«Le défi est de démontrer qu’il est possible de sauver beaucoup d’argent, et ce, même s’ils conservent le même prêteur au final. Souvent les clients retournent auprès de leur institution avec l’argument qu’une autre institution peut leur offrir un meilleur taux», a mentionné M. Drouin, précisant que le prêteur, pour garder son emprunteur, a le choix d’ajuster son taux ou faire une offre concurrente.

La SCHL a mené son enquête en ligne au cours des mois de mars et d’avril 2014 auprès de 3584 emprunteurs hypothécaires ayant contracté ou renouvelé un emprunt hypothécaire ou un prêt de refinancement au cours des 12 derniers mois. De ce nombre, 55 % ont renouvelé leur prêt, 22 % ont demandé un prêt de refinancement et 23 % ont contracté un prêt achat. La SCHL effectue cette enquête depuis 1999.