/news/law

Tragédie de Lac-Mégantic

Tom Harding tient à être présent à chaque étape des procédures

TVA Nouvelles

Accusé de négligence criminelle causant la mort de 47 personnes à Lac-Mégantic, Tom Harding était le seul des trois accusés présent devant le Tribunal jeudi matin. Il entend se présenter à chacune des étapes des procédures judiciaires.

Jeudi, les avocats ont comparu brièvement devant le juge, le temps que la poursuite divulgue une partie de sa preuve à la défense.

Malgré des récents problèmes de santé, Tom Harding ne s'est pas défilé et a fait le trajet de l'Ontario jusqu'à Lac-Mégantic, même si, pour lui, c'est difficile de retourner sur la scène de la tragédie : «Il n'est pas nécessairement souriant et c'est normal. Il tient à être présent puisque ça le concerne directement. Il ne fera toutefois aucun commentaire, compte tenu de la gravité des accusations», a insisté son avocat, Thomas Walsh.

Devant le juge, les avocats ont convenu d'un échéancier pour la divulgation de la preuve qui est volumineuse. Les enquêteurs n'ont même pas encore terminé de faire le tri parmi les quelque 53 000 fichiers informatiques saisis à la compagnie de chemin de fer aux États-Unis. Ces fichiers concerneraient l'entretien des équipements, des réparations mal effectuées ou pas du tout faites.

Le porte-parole du directeur des poursuites criminelles et pénales, Jean-Pascal Boucher, a annoncé qu'aucune autre accusation ne sera portée: «Après l'analyse complète de la preuve au dossier, personne d'autre ne sera accusé.»

Que l'ingénieur de train de 53 ans n'ait pas appliqué suffisamment de freins à mains est une chose; mais cela n'engage pas nécessairement sa responsabilité criminelle, maintient son avocat: «On ne sait pas encore sur quelle autre preuve la Couronne se base pour porter de pareilles accusations. Encore plus frustrant, c'est qu'il y a des signaux d'un peu partout qui semblent démontrer que c'est une série de malheureuses circonstances qui ont conduit aux tragiques événements et qu'il est difficile de pointer du doigt quelqu'un en particulier.»

Les accusations visent la MMA comme entité morale et ses employés, l'ingénieur du train, Tom Harding, le contrôleur de la circulation ferroviaire de qui il relevait, Richard Labrie et le directeur de l'exploitation de la MMA, Jean Demaître.

La poursuite doit avoir transmis toute la preuve aux avocats de défense d'ici la mi-décembre; c'est le 15 janvier que le dossier reviendra en Cour afin de fixer une date pour la tenue d'une enquête préliminaire.

Le 6 juillet dernier 2013, un train de la MMA a quitté sa gare sans personne à bord et déraillé dans le centre-ville de Lac-Mégantic. Des wagons remplis de carburant avaient explosé, causant un incendie majeur qui a enlevé la vie à 47 personnes.

Dans la même catégorie