/finance/homepage

Investissement Québec jette l’argent par les fenêtres

TVA Nouvelles

Alors que le gouvernement Couillard cherche à couper des dépenses, les prêts et les subventions octroyés par Investissement Québec à la demande des politiciens coûtent une fortune aux contribuables.

Des documents consultés par notre Bureau d’enquête démontrent, en outre, que les retombées de nombreux projets sont inexistantes.

La facture pour ce genre d’interventions politiques a explosé dans les dernières années, selon des données financières contenues dans un rapport annuel spécial séparé d’Investissement Québec (IQ), publié discrètement à la fin mai.

Voici les faits troublants que notre Bureau d’enquête a découverts:

-La moitié des prêts réalisés à la suite d’une commande politique ne seront jamais remboursés.

-Le gouvernement du Québec pompe chaque année des centaines de millions de dollars (400 millions $ en 2013) dans un fonds spécial discrétionnaire administré par IQ pour répondre aux demandes des élus. Il n’est pas possible de connaître l’état de chaque placement du fonds, selon la porte-parole d’IQ, Chantal Corbeil.

-Les provisions pour pertes accumulées depuis la création de ce fonds atteignent maintenant 1,3 milliard $ (+ 6 % en un an). Sur trois ans, elles ont explosé de 66 %.

-En pleine campagne électorale, en mars 2014, et alors qu’il venait d’annoncer un déficit de 2,5 milliards $ plus élevé que prévu, le gouvernement péquiste a déversé une véritable manne (433 millions $ en un mois) sur le Québec. L’argent avait été puisé dans le Fonds du développement économique (FDE) administré par IQ. Les prêts et les aides diverses accordées par le Fonds du développement économique sont destinés à des projets qui ne tiennent pas la route sur une base strictement financière.

Même Jacques Daoust le dit

L’ex-grand patron d’Investissement Québec et actuel ministre de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations, Jacques Daoust, l’a lui-même reconnu en 2011 lors d’une présentation. Il disait que les résultats d’IQ seraient désormais scindés et présentés dans deux rapports annuels distincts pour éviter que les interventions politiques ternissent les résultats globaux d’IQ.

«Investissement Québec agit seulement comme mandataire du gouvernement» dans une partie de son action, disait-il. Il ajoutait que dans l’autre partie de son mandat, IQ visait la rentabilité.

Pas de résultats

Le problème, c’est que de nombreux projets financés à la suite d’une commande politique ne donnent pas du tout les résultats escomptés.

Selon le syndic Mark Bernier, de la firme Raymond Chabot Grant Thornton, IQ arrive souvent tard dans le processus de relance d’une entreprise. «J’ai vu pas mal d’entreprises fermer après avoir été aidées par IQ», a-t-il dit.

Notre Bureau d’enquête a découvert que plusieurs projets de développement et d’expansion économique financés après une décision politique ont déraillé quelques mois à peine après la coupure de ruban par le politicien.

Un modèle malade

Selon Germain Belzile, professeur à HEC Montréal, les résultats d’Investissement Québec démontrent que le modèle de l’aide aux entreprises est malade au Québec.

«On est ceux qui donnent le plus de subventions au Canada et notre économie est deux fois plus faible que celle de l'Ontario. C’est évident que ça ne marche pas.»

Selon M. Belzile, il serait beaucoup mieux de couper dans l'aide d'Investissement Québec et de réduire les taxes de toutes les entreprises. «Ça donnerait moins de visibilité aux politiciens, mais ça coûterait pas mal moins cher aux contribuables.»

De plus, des décisions politiques ont fortement alourdi les coûts pour les contribuables de la décontamination de sites pollués. Selon le rapport annuel du FDE, trois projets financés par IQ entraînent à eux seuls la prise en charge d’un passif environnemental de plus de 300 millions $.

Le plus coûteux (264 M$), et de loin, est l’acquisition par IQ du terrain de l’usine de Produits chimiques Expro à Saint-Timothée, près de Valleyfield, au début des années 2000. «C’était ça ou, sinon, la relance de l’usine n’allait pas de l’avant», a justifié Chantal Corbeil, d’IQ.

 

 

Dans la même catégorie