/finance/homepage

La SAAQ annonce une baisse importante de ses tarifs

TVA Nouvelles

L’amélioration du bilan routier aura des retombées positives sur le portefeuille des conducteurs québécois qui seront récompensés, dès 2016, par une baisse moyenne des tarifs d’environ 65 $/an.

Chose promise, chose due. La SAAQ avait suscité une vague d’incrédulité en annonçant ses intentions il y a quelques mois. Elle ont été chiffrées officiellement, jeudi matin.

Pour un propriétaire d’un véhicule de promenade, la portion dédiée à la contribution d’assurances sur le permis de conduire passera de 64 $ à 55 $ et de 120 $ à 64 $ sur l’immatriculation. Concrètement, il s’agit d’une économie de 65 $/an, soit une réduction de 35 % pour environ 4,2 millions de conducteurs. La SAAQ se privera ainsi de revenus annuels de 394 millions.

Une rare bonne nouvelle qui en étonnera plusieurs dans le contexte actuel des finances publiques, alors que le gouvernement gratte les fonds de tiroirs pour tenter de trouver de l’argent.

Le régime public d’assurance automobile, qui affiche un surplus de 1,1 milliard $, est toutefois indépendant. L’argent des primes d’assurances est déposé en fiducie et doit servir à l’usage exclusif des assurés et des accidentés de la route. «Ce serait une erreur de penser que le gouvernement peut aller chercher de l’argent là parce que c’est illégal. Le gouvernement ne peut pas puiser dans ce fonds-là», a réagi le ministre des Transports Robert Poëti.

«Qu’est-ce qui arrive dans votre vie privée quand vous avez un comportement exceptionnel ? Il y a des baisses d’assurances. Le gouvernement fait la même chose. Je félicite les conducteurs du Québec, je félicite la conscientisation populaire [par rapport à] l’alcool et la vitesse. C’est une bonne nouvelle parce que les citoyens du Québec le méritent, parce que les conducteurs sont responsables.»

Une baisse historique

«À ma connaissance, c’est la première fois dans l’histoire de la SAAQ qu’il y a une réduction de tarifs. Et elle est très significative: 394 millions par an sur trois ans, c’est un milliard de dollars. Je comprends que les gens soient incrédules parce que nous ne sommes pas à l’heure des bonnes nouvelles», a commenté la présidente et chef de la direction de la SAAQ, Nathalie Tremblay, en entrevue avec Le Journal.

«Ce qui est important pour moi, c’est que les gens comprennent que c’est un régime d’assurances et qu’il y a un lien direct entre leur comportement et les frais qu’ils paient, comme pour toute compagnie d’assurances. Alors, si on continue d’améliorer le bilan routier, moi, je serai des plus heureuses de pouvoir baisser leur prime à nouveau». Être prudent, c’est payant, a insisté la société d’État dans son communiqué officiel.

«Les bons résultats des dernières années auront donc permis de résorber, 10 ans plus tôt que prévu, le déficit cumulé de 2,7 milliards constaté en 2008», peut-on lire.

Légère baisse ou hausse pour les motocyclistes

Les motocyclistes (permis de conduire de classe 6), qui réclament à cor et à cris des réductions importantes de tarifs, risquent d’être extrêmement déçus. La réduction de la contribution d’assurances sur le permis de conduire est marginale: seulement 2 $.

Quant à l’immatriculation, elle varie en fonction de la catégorie et subit même une forte hausse pour les engins de 126 à 400 cc (+ 43 $) et pour les motos dites «à risque» (+ 148 $). Les propriétaires de motocyclettes de 125 cc et moins économiseront 6 $/an alors que ceux qui possèdent une moto de plus de 400 cc (la grande majorité des motos en circulation) sauveront un maigre 4 $/an.

«89 % des motos vont avoir une baisse sur leur immatriculation moto. On a deux catégories qui vont avoir une légère hausse parce que le coût moyen de leurs accidents a augmenté, ce qui fait qu’ils doivent payer les accidents qu’ils ont généré», précise Mme Tremblay. Au final, neuf motocyclistes sur 10 économiseront 6 $/an dès 2016.

Les nouveaux tarifs, proposés par la SAAQ pour les années 2016 à 2018, seront évalués par un conseil d’experts indépendants qui analysera dans le fin détail son document. Les experts tiendront des consultations publiques en 2015. Le conseil d’administration de la SAAQ aura ensuite le plein pouvoir pour entériner les recommandations formulées par les experts.

Le bilan s’améliore encore en 2014

Le bilan s’améliore sans cesse depuis 2006. En 2013, les routes québécoises ont fait moins de 400 morts. Il faut remonter aux années 40 pour retrouver des chiffres aussi bas. Cependant, à l’époque, on comptait moins de 350 000 véhicules en circulation alors qu’on en dénombre plus de 6 millions aujourd’hui.

Dans les neuf premiers mois de l’année 2014, le bilan est également en baisse de 5 % par rapport à l’année précédente. Les routes ont fait 269 victimes, 14 de moins qu’en 2013 à pareille date.


Décès sur les routes du Québec :

(sur 12 mois)

1973: 2 209

1980: 1 492

1990: 1 072

2006: 720

2007: 604

2008: 556

2009: 503

2010: 488

2011: 475

2012: 421

2013: 399   

2014: 269 (en date du 30 septembre)

*Source : Société de l’assurance automobile du Québec