/regional/montreal

Un imam radical dénonce l'annulation d'Outremont

TVA Nouvelles

À lire aussi:

L'imam radical Omar Shahin dénonce l'attitude d'Outremont à Montréal, avec l'annulation de la remise de diplômes en loi islamique de l'Académie de la charia, la MISHKA, qui était prévue samedi dans un local de la ville.

Outremont en a annoncé l'annulation hier à la suite du reportage diffusé àl'émission J.E. sur les ondes de TVA vendredi.

Ce n'est pas une manière civilisée d'agir, a-t-il dit dans une entrevue exclusive à TVA Nouvelles.

«Où est la justice? Quand vous annulez un événement , et que vous nous rendez difficile la recherche d'un local, ce n'est pas civilisé. Vous devez m'entendre, venez me parler».

L'entrevue en anglais avec l'imam Shahin s'est déroulée dans un contexte très contrôlé, la reporter et le caméraman étant eux aussi filmés, par l'entourage du leader religieux.

Oman Shahin est l'un de deux imams radicaux, avec Salah Assawy, qui devaient prendre part à l'événement d'Outremont.

(Capture d'écran TVA Nouvelles)

L'imam Omar Shahin est un fervent promoteur de la charia, la loi islamique qui prévoit notamment la lapidation en cas d'adultère. Selon lui, les musulmans devraient d'ailleurs refuser d'obéir aux lois occidentales.

L'imam Assawy est le secrétaire général de l'Assemblée des musulmans juristes d'Amérique, une organisation connue pour ses avis religieux parmi les plus radicaux.

Elle invite notamment au jihad contre l'Occident et elle justifie la mutilation génitale des femmes.

Quand TVA Nouvelles a demandé à l'imam Shahin ce qu'il pensait de la mutilation génitale, il est demeuré évasif, disant d'abord ne pas comprendre la question.

Puis il dit que ce n'était pas le bon moment pour aborder le sujet, et a invité la journaliste à chercher des réponses dans ses écrits pour comprendre son point de vue.

Pas un extrémiste

L'imam Shahin se décrit pendant l'entrevue comme une personne qui est loin d'être un extrémiste; il se dit plutôt un éducateur qui veut faire connaître le vrai islam.

En Arizona, il dit qu'il travaille avec des juifs et des chrétiens pour aider les gens dans le besoin.

«Nous avons établi MISHKA (l'Académie de la charia, dont il est vice-président) pour enseigner aux musulmans et au non-musulmans le vrai islam» affirme-t-il.

Interrogé sur les attentats de Charlie Hebdo, et sur ceux du Canada, il dit que les musulmans sont contre les attentats contre des civils.

Réaction de Denis Coderre

Le maire de Montréal a commenté l'annulation de l'événement par Outremont. «Dans tout ça, c'est un équilibre entre l'ouverture et la vigilance. Ça veut dire que c'est tolérance zéro s'il y a une situation de sécurité publique et de désordre public», a commenté Denis Coderre.

«Si c'est dans un contexte de liberté d'expression et de liberté de religion, à ce moment-là, c'est par les mots, c'est par l'argumentation, c'est par l'opinion publique qu'on passe des messages. Il faut faire très très attention, on a le droit de s'exprimer, mais quand des choses amènent une radicalisation, on doit agir en conséquence comme je l'ai fait pour Chaoui», a-t-il conclu.

Drainville veut un cadre

Et le candidat au leadership du Parti québécois Bernard Drainville, lui, a dit souhaiter qu'on définisse un cadre. «Que les municipalités s'assoient autour d'une table, avec les commissions scolaires, parce que ça se passe parfois dans les écoles; avec les directions d'hôpitaux. Qu'on se donne un cadre, qu'on se donne des règles.»

-Avec la collaboration de Marie-Laurence Delainey