/regional/montreal/montreal

Concordia rencontre l'association étudiante

TVA Nouvelles

La direction de l'Université Concordia a convoqué l'association étudiante qui utilise des locaux pour une bibliothèque où l'on retrouvait des ouvrages d'imams radicaux. Déjà certains livres ont été retirés et l'université aidera à faire un tri.

La bibliothèque a été payée par le Conseil des étudiants de Concordia, donc par l'ensemble des étudiants, à même leurs frais de scolarité. L'université fournit gratuitement les locaux. Vendredi dernier, la direction de Concordia disait prendre la situation au sérieux.

Andrew Woodall, le doyen aux affaires étudiantes, a convoqué la Muslim Student Association et la direction affirme, à la sortie de la réunion que «l'université va aider la MSA à faire ce travail de tri», a-t-on confirmé par courriel à TVA Nouvelles.

«Si ces mêmes livres-là se retrouvaient dans une bibliothèque de l'université comme telle, une vraie bibliothèque, on sait qu'ils seraient rattachés soit à un cours, soit à une thèse de doctorat», explique Marc Lebuis de Point de bascule.

Pour cet expert des mouvements islamistes, il est clair qu'une bibliothèque, privée, religieuse, gérée par la MSA, ne peut être comparée à une bibliothèque universitaire.

Personne à l'association étudiante ou à Concordia n'était en mesure de dire quels livres seront éliminés.