/finance/homepage

Les Québécois croient davantage les médias que les politiciens

TVA Nouvelles

Au Québec, le degré de confiance à l’égard des médias traditionnels obtient 59 %, le gouvernement quant à lui traîne en queue de peloton avec 42 %, selon le Baromètre de confiance 2015 de la firme Edelman.

Les résultats de cette 15e édition démontrent qu’au Canada, c’est au Québec où la confiance envers les médias est la plus grande. Et c’est particulièrement vrai pour la télévision qui représente l’information la plus crédible aux yeux du public à titre de source d’information générale.

La province est aussi le seul endroit au monde où les médias se hissent en première place.

À l’autre bout du spectre, le gouvernement est l’institution envers qui les Québécois semblent entretenir le plus de doute avec 42 %, même que quatre répondants sur dix ont affirmé que leur confiance envers le gouvernement avait même reculée depuis un an.

Selon Edelman, la raison principale du recul de la confiance envers l’État s’expliquerait par le manque de croissance économique.

Au chapitre des entreprises, le Québec se démarque également du reste du pays. Les chefs d’entreprises obtiennent une faveur de 36 % auprès des Québécois, comparativement à 29 % ailleurs au Canada.

« Malgré une confiance plus élevée ici que dans le reste du Canada, les dirigeants d’entreprises arrivent seulement en sixième position dans le palmarès des porte-paroles de confiance pour les Québécois», a remarqué Ève Laurier, directrice générale du bureau d’Edelman Montréal.

La nature de l’entreprise joue aussi un rôle, les entreprises familiales (70 %) ainsi que les PME (65 %) sont celles qui génèrent le plus de confiance et qui devancent les sociétés d’État. Les compagnies dont le siège social est au Canada reçoivent aussi une faveur accrue.

En revanche, le sondage tend aussi à démontrer que peu importe la crédibilité qu’ils attribuent à une entreprise, les comportements des Québécois ne suivent pas forcément la confiance qu’ils portent dans une organisation.

S'ils doutent d'une entreprise, 50 % des consommateurs refuseront d’acheter un produit ou un service, contre 57 % des répondants au Canada. Dans le cas contraire, une entreprise appréciée ne fera l’objet d’une recommandation que dans 45 % des cas.

Ce sondage a été mené par la firme de recherche Edelman Berland. Des entrevues en ligne ont été réalisées entre le 13 octobre et le 24 novembre 2014. Le Baromètre a échantillonné 27 000 répondants, avec un suréchantillon de 6000 citoyens de 25 à 64 ans à travers 27 marchés, dont 500 au Québec.