/regional/quebec/quebec

Une clinique de Beauce en mode séduction

TVA Nouvelles

Le centre médical de la Nouvelle-Beauce lance une campagne de recrutement pour attirer les jeunes médecins dans leur région, alors qu'on anticipe le départ à la retraite de cinq médecins d'ici les trois prochaines années

«Il faudrait un minimum de deux médecins par année pour combler les départs et augmenter notre capacité», selon Réal Turgeon, maire de Saint-Isidore et président du centre médical.

Depuis son ouverture en 2013, la clinique compte dans ses rangs deux jeunes médecins. Alexandra Audet retourne au bercail après des années d'études à l'extérieur. Vanessa Quenel, originaire de l'Outaouais, a quant à elle adopté la Beauce.  

(TVA Nouvelles)

«On est les deux seules qui ont été recrutées depuis les dernières années. Ça faisait longtemps qu'il n'avait pas eu de recrutement», souligne Mme Audet.

Le groupe de médecine familiale, qui dessert 25 000 patients, est en véritable mode séduction, à l'aube du lancement d'une campagne notamment sur les réseaux sociaux. Le centre médical de Nouvelle-Beauce offre aux nouveaux médecins un nouveau concept appelé le co-working.   

(TVA Nouvelles)

Il s'agit d'un concept innovateur dans lequel les médecins n'ont pas de paperasse à gérer. Des services administratifs leur sont offerts au besoin. La clinique à la fine pointe de la technologie possède aussi un système de dossier médical électronique. Ce concept de clinique, rare au Québec, propose aussi aux jeunes médecins des horaires flexibles et des frais de bureaux payés selon l'utilisation. 

«Un médecin qui part en vacance un mois, il n'y a aucun frais. C'est vraiment utilisateur payeur au niveau des médecins», indique M. Turgeon.

Un concept clé en main qui plait à la jeune médecin. «On n'est pas obligées d'aller à des réunions. On peut vraiment se concentrer sur notre travail» confie Alexandra Audet.