/regional/montreal

Un boisé menacé de destruction

TVA Nouvelles

Des citoyens de Saint-Jean-sur-Richelieu sont inquiets car un des derniers boisés du territoire est menacé par un vaste projet de construction résidentielle.

Pour Maxime Tremblay, un spécialiste en écologie, le boisé des Artisans a une valeur certaine «C'est un milieu naturel, je pourrais dire, rare dans la municipalité, ce genre de milieu là, ou il y a plusieurs écosystèmes.»

Or, la Ville de Saint-Jean-sur Richelieu projette d'y construire 82 maisons. Le ministère de l'Environnement a déjà donné son autorisation.

Des citoyens comme Guy Ayotte membre du comité pour la sauvegarde du Boisé des artisans tiennent à protéger le boisé de 13 hectares qui compte quatre milieux humides.

«Il y a beaucoup d'animaux et de faune qui se retrouvent ici dans cette forêt-là. Donc, c'est important de préserver cette forêt-là. C'est à peu près la seule zone tampon qu'il reste ici à Saint-Jean.»

Pour Josée Goudreau, également membre du comité, le boisé «C'est un rempart pour les inondations. Ça permet, dans le fond, d'éviter... de diminuer l'ampleur d'une possible inondation, mais également d'éviter les sécheresses.»

Au printemps, la Ville adoptait un plan de conservation des milieux naturels. Stupeur pour monsieur Ayotte «C'est là qu'on a appris que ce boisé-là ne faisait pas partie du plan de conservation, mais du plan de destruction.»

Josée Goudreau comprend alors que d'autres espaces verts sont menacés «Ça comprend d'autres boisés, parce que, de fait, la proposition de la ville permet la disparition de l'équivalent de 104 hectares de boisé, donc l'équivalent de 208 terrains de football.»

Saint-Jean propose par ailleurs de planter des centaines d'arbres pour remplacer ceux qui devront être abattus.

Guy Ayotte est loin d'être convaincu «C'est pas en plantant 3-4 arbres sur un boulevard. Vous ne retrouverez pas un écosytème, les animaux, la rétention d'eau comme des bassins. Ça se perd, ça. Donc, il faut absolument, absolument ne pas couper ce boisé-ci.»

Le maire Michel Fecteau est actuellement en vacances à l'extérieur du Québec. Au téléphone, il nous a dit qu'il s'agit d'un cas typique du "Pas dans ma cour". Sa ville, dit-il, fait plus que jamais pour protéger l'environnement. La grande majorité des citoyens sont d'accord avec lui.