/finance/homepage

Le CRTC règlemente l'accès aux réseaux de fibre optique

TVA Nouvelles

Agence QMI

Les grandes entreprises de téléphonie canadiennes comme Bell, SaskTel et MTS qui offrent la technologie de fibre optique pour Internet haute vitesse et la télévision, devront permettre aux plus petits fournisseurs de services de télécommunications d'utiliser leurs réseaux fibraires, a annoncé mercredi le CRTC.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes a justifié sa décision de réglementer l'accès aux réseaux de fibre optique afin de favoriser la concurrence entre les entreprises qui offrent des services à large bande. Elle estime aussi que les Canadiens pourront ainsi avoir un plus grand nombre de choix pour Internet à haute vitesse.

Cette décision découle d'une audience publique sur l'examen des services filaires de gros, à l'automne 2014. Les grandes entreprises de téléphonie offrant un réseau fibraire avaient pourtant indiqué au CRTC qu'elles ne devraient pas être présentement assujetties à une réglementation les forçant à partager l'accès à leur technologie parce que la croissance de la part de marché des plus petits joueurs, comme Teksavvy, était trop faible pour le justifier.

Le CRTC dit que la fibre optique est offerte auprès de quelque trois millions de foyers au Canada, et que la demande pour cette technologie continue de croître.

«Les Canadiens et les Canadiennes participent de plus en plus activement à l'économie numérique et ils auront besoin d'accéder à des services Internet plus rapides pour alimenter leurs foyers et leurs entreprises branchés», a indiqué le président du CRTC, Jean-Pierre Blais.

«En continuant d'imposer la fourniture de certains services de gros, y compris l'accès aux installations de fibres optiques, nous poursuivons nos travaux pour stimuler la concurrence afin d'offrir aux Canadiens et aux Canadiennes un choix accru, des services novateurs et des prix raisonnables», a continué M. Blais.

Le CRTC a aussi annoncé que les grandes entreprises devront «dégrouper» leur architecture de services aux concurrents. En d'autres mots, elles ne seront plus obligées d'offrir la transmission des données aux concurrents. Les plus petits joueurs seront ainsi moins dépendants des «grands», en créant leur propre réseau de transport ou en le louant d'une entreprise.