/finance/desideespourentreprendre

Habitation

De grandes ambitions pour les micromaisons

Argent

Le marché de la micromaison demeure peu développé au Québec, mais il fait déjà preuve d’ambition. Quelques entreprises se démarquent, dont Habitat Multi Générations et son quartier de mini-résidences de Lantier, et Habitations MicroÉvolution, qui offre des micromaisons clés en main pour aussi peu que 35 000 $.

La petite municipalité de Lantier, à environ 20 minutes au nord de Sainte-Agathe-des-Monts dans les Laurentides, est sur le point d’abriter le premier quartier de micromaisons au Québec : un P3D (pour « projet de développement domiciliaire durable »).

Le concept de P3D a été développé par Habitat Multi Générations, entreprise d’économie sociale spécialisée dans la résidence abordable et écologique basée à Lavaltrie.

À Lantier, les micromaisons seront regroupées en hameaux de six unités sur un terrain d'environ 15 000 pieds carrés. Chaque propriétaire devra partager environ 4 000 pieds carrés en y aménageant des installations communes : serre collective, poulailler collectif, arbres fruitiers, jeux pour enfants, etc.

La municipalité de Lantier, qui a modifié des règlements pour permettre l’implantation du P3D, a d’ailleurs accueilli les 24, 25 et 26 juillet dernier un Festival des mini-maisons.

Vert et moins cher

Le tiny house movement, qui a vu le jour aux États-Unis il y a quelques années, repose sur des principes similaires à ceux de la simplicité volontaire : réduire ses besoins immobiliers en optant pour une résidence à la fois très fonctionnelle, écologique et plus efficace sur le plan énergétique, c’est payer moins pour obtenir une meilleure qualité de vie.

Habitat Multi Générations propose de la « construction écologique sur mesure », de 75 000 $ à 125 000 $ l’unité : utilisation maximale du bois, de teintures et de peintures écologiques, isolation avec des matériaux écologiques (la ouate de cellulose), recyclage de l’eau du drain de la douche et de l’évier pour utilisation dans les toilettes, orientation du bâtiment vers le sud pour maximiser l’apport en énergie solaire passive, toiture végétale, etc.

Autre entreprise québécoise spécialisée dans la micromaison, Habitations MicroÉvolution (à Bois-des-Filions), offre des bâtiments usinés, clés en main, de 35 000 $ à 53 000 $ l’unité.

Pour 21 000 $, un proprio peut acquérir une « coquille extérieure », soit un plancher isolé, une toiture en acier, une charpente en épinette, porte et fenêtres, etc., qu’il pourra compléter et décorer à son goût.

Habitations MicroÉvolution vend aussi des remorques pour l’autoconstruction, c’est-à-dire des plateformes sur roues, socles mobiles où l’on peut construire sa propre micromaison.

L’entreprise estime à environ 40 000 $ la valeur des matériaux pour une autoconstruction. En supposant que le propriétaire paie le même prix pour le terrain, il pourra donc se loger pour moins de 100 000 $.

Pour que les familles accèdent à la propriété

« Est-ce possible de vivre en famille dans une micromaison ? », demanderont les sceptiques. « Si vous choisissez un modèle de 24 pieds avec un 2e étage, il y a assez de place pour 2 chambres à coucher », peut-on lire dans le site web d’Habitations MicroÉvolution.

« Depuis une trentaine d’années, ce qu’on remarque, c’est que le prix des maisons augmente et les salaires stagnent », commente Philippe Perreault, porte-parole d'Habitat Multi Génération. « L’objectif des P3D, c’est l’accès à la propriété. »

Courtoisie

Courtoisie

Courtoisie

(Source : Habitations MicroÉvolution)