/regional/montreal/montreal

Une Québécoise reçoit un oeil bionique

Harold Gagné

Grande première médicale au Québec, ce matin.

Un chirurgien de l'hôpital Maisonneuve-Rosemont a implanté un oeil bionique à une patiente qui avait perdu progressivement la vue à cause d'une maladie génétique.

La patiente, Barbara Ann Allard, est atteinte de rétinite pigmentaire depuis sa naissance, une maladie héréditaire qui cause une baisse lente et progressive de la vision et peut conduire à la cécité. Depuis l'an 2000, elle ne voyait presque plus rien.

«Je vois des lumières. Je sais quand c'est le jour ou le soir», disait Mme Allard,rencontrée quelques heures avant l'intervention.

Mme Allard quand le Dr Rezende lui a appris la nouvelle(Capture d'écran TVA Nouvelles)

En juillet dernier, elle a entendu notre reportage à TVA, dans lequel le docteur Flavio Rezende, chirurgien à l'hôpital Maisonneuve-Rosemont, cherchait un patient prêt à recevoir un nouveau système, utilisé depuis deux ans aux États-Unis et fabriqué par la compagnie Second Sight.

Madame Allard l'a contacté, et a été choisie parmi trois personnes.


(Capture d'écran TVA Nouvelles)

Le docteur Rezende lui a implanté mardi  le système révolutionnaire, qui fournit des impulsions électriques pour contourner les cellules mortes et stimuler celles qui sont encore viables.

Le système convertit des images capturées par une caméra miniature montée sur les lunettes en une série de petites impulsions électriques qui sont transmises sans fil à un faisceau d'électrodes implantées sur la surface de la rétine.

«C'est un peu comme la télé noir et blanc, et c'est des pixels qu'on voit sur un écran d'ordinateur», dit le chirurgien.


(Capture d'écran TVA Nouvelles)

Au fil du temps, avec les mises à jour de l'appareil, elle pourra voir en couleur. L'opération, réalisée avec l'aide du département d'ophtalmologie de l'Université de Montréal, coûte 150,000 dollars.

C'est la fondation de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont qui a payé cette fois-ci, mais le docteur Rezende cherche de l'aide financière. De nombreux autres Québécois pourraient avoir accès à l'oeil bionique.

(Capture d'écran TVA Nouvelles)

Barbara Ann Allard devra encore patienter quelques jours avant de voir les résultats. «Un mois après l'intervention, on va ouvrir la caméra pour la première fois, après la cicatrisation, après la chirurgie», dit son médecin.

Elle a hâte parce que son plus grand souhait est de voir son époux. «J'ai perdu ma vision en 2000 et j'ai rencontré mon mari en 2004. J'ai jamais vu mon mari dans le fond.»