/news/world

Le «premier réfugié climatique» de la planète débouté

TVA Nouvelles

La Nouvelle-Zélande a renvoyé aux Kiribati un habitant de cet archipel du Pacifique menacé par la montée des eaux qui s'est battu en vain pendant quatre ans pour devenir le premier réfugié climatique de la planète.

Ioane Teitiota, 39 ans, a été renvoyé mercredi dans son pays après avoir épuisé tous ses recours juridiques pour demeurer en Nouvelle-Zélande, a annoncé jeudi un de ses proches.

Il réclamait le statut de réfugié au motif que lui, sa femme et leurs trois enfants tous nés en Nouvelle-Zélande, couraient un péril mortel aux Kiribati.

(Crédit photo: Archives Reuters)

Des zones entières de l'archipel, une trentaine d'atolls coralliens dont la plupart dépassent à peine le niveau de l'eau, sont de fait régulièrement envahies par l'océan.

«Le changement climatique est une forme de persécution et nous avons tenté de sauver cette famille en demandant l'asile en Nouvelle-Zélande», a déclaré sur Radio New Zealand le révérend Iosefa Suamalie, un des nombreux soutiens de Ioane Teitiota.

«Aux Kiribati, il n'y a pas de vie, il n'y a pas d'espoir. Nous renvoyons les enfants dans un endroit qui n'est pas sûr pour eux», a-t-il déploré.

Confirmant les rejets prononcés en première instance et en appel, la Cour suprême néo-zélandaise avait estimé en juillet que M. Teitiota ne répondait pas aux critères d'octroi du statut de réfugié, lequel doit être menacé de persécution dans son pays natal, selon l'ONU.

Si la plus haute juridiction du pays a reconnu que les Kiribati étaient «incontestablement confrontées à des défis» climatiques, elle a également estimé que «M. Teitiota n'encourait pas de ''grave danger''» dans son pays natal.

(Crédit photo: Archives Reuters)

Arrivé en Nouvelle-Zélande en 2007, M. Teitiota avait dépassé la validité de son visa lorsqu'il avait attiré en 2011 l'attention de la police pour une infraction mineure.

Le premier ministre John Key a refusé en début de semaine un ultime appel de M. Teitiota: «A mes yeux, il n'est pas un réfugié, mais quelqu'un qui a dépassé sa durée de séjour autorisée.»

Kiribati fait partie des nations îliennes, avec les Maldives, Tuvalu et Tokelau, qui pourraient devenir «sans terre» à cause du réchauffement climatique, selon la Commission des droits de l'Homme de l'ONU.

Après une hausse moyenne de 20 cm au XXe siècle, les océans devraient encore s'élever de 26 à 86 cm à l'horizon 2100 par rapport à la moyenne 1986-2005, selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC).