/news/culture

ADISQ 2015

Jean Leloup domine la soirée

Olivier Boisvert-Magnen | Agence QMI

Agence QMI

Jean Leloup a triomphé au 37e Gala de l'ADISQ dimanche soir en récoltant trois prix très convoités. Présenté à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des arts, le gala était retransmis sur les ondes d'ICI Radio-Canada Télé.

D'abord sacré Auteur ou compositeur de l'année, Jean Leloup a ensuite raflé les honneurs dans deux prestigieuses catégories déterminées à parts égales par un vote du public et du jury : Chanson populaire de l'année (pour «À Paradis City») et Interprète masculin de l'année. Pour cette dernière, il a été préféré à Louis-Jean Cormier, Marc Dupré, Vincent Vallières et le grand gagnant de l'an dernier Alex Nevsky.

«Merci beaucoup. On a travaillé fort dans les bandes. On a accepté de souffrir», a-t-il blagué, en se mettant dans la peau d'un personnage de joueur de hockey (!) pour aller quérir son troisième Félix.

C'est la première fois depuis le début de sa carrière, il y a plus de 25 ans, que Jean Leloup obtient une reconnaissance aussi unanime à l'ADISQ. En comptant les Félix qu'il a reçus pour l'Album de l'année - choix de la critique et l'Album de l'année - rock lors du premier gala le 27 octobre dernier, le chanteur québécois porte maintenant sa récolte à 15 statuettes en carrière.

En plus d'avoir gagné l'Album de l'année - pop (pour «22h22»), Ariane Moffatt a tiré son épingle du jeu dans la prestigieuse catégorie de l'Interprète féminine de l'année, coiffant au passage Marie-Pierre Arthur, Isabelle Boulay, Brigitte Boisjoli et la précédente vainqueur Marie-Mai.

«Je crois rêver», a-t-elle lancé, très émue, durant un discours qu'elle a terminé abruptement à 22h22 tapantes, histoire de faire un clin d'œil au nom de son album.

Quelques surprises

De son côté, la formation électro-rock Galaxie a créé la surprise en remportant la statuette du Groupe ou duo de l'année, dont le gagnant était également choisi en partie par le public.

Côté folk, c'est Fred Pellerin qui a été le préféré du jury. Déjà récompensé par le Félix de l'Album de l'année - Meilleur vendeur lors du premier gala, son dernier opus «Plus tard qu'on pense» partait avec une longueur d'avance face à ceux de Louis-Jean Cormier, Kevin Parent, Tire le coyote et Philippe Brach, qui a toutefois été sacré Révélation de l'année.

Ce dernier y est allé d'un discours coloré, l'un des plus divertissants de la soirée, lorsqu'il est monté sur scène pour récolter son prix. «Un gros merci aussi à mon amour, ma copine, dont malheureusement, vite de même, j'oublie le nom», a-t-il dit, provoquant un fou rire dans la foule.

Forte du succès de son troisième album «Si l'aurore», la chanteuse Marie-Pierre Arthur a, quant à elle, triomphé dans la catégorie Album de l'année - Adulte contemporain. Isabelle Boulay et Patrice Michaud ont également été récompensés pour leurs spectacles respectifs.

Hommage à Dominique Michel

La soirée a été marquée par un hommage à Dominique Michel, qui a commencé sa carrière musicale dans les années 1950. Après un pot-pourri un peu long offert par René Simard, les comédiens Yves Jacques, Rémy Girard et Patrice L'Écuyer sont venus lire des témoignages de personnalités ayant côtoyé la comédienne et chanteuse, qui est ensuite montée sur scène.

«J'ai pas travaillé, j'ai eu du fun!» a-t-elle déclaré au terme d'un discours où elle faisait un retour sur l'ensemble de sa carrière.

De son côté, l'animateur de la soirée Louis-José Houde a, comme à son habitude, livré un discours d'ouverture mordant, très apprécié par la foule. L'humoriste, qui en était à sa dixième année à la barre du gala, a notamment lancé une pointe aux artistes québécois qui se vantent d'avoir signé un contrat à l'international. «Bobby Bazini... Ça fait combien de fois qui est sur le bord de percer à l'étranger?» a-t-il envoyé.

Parmi les nombreuses prestations, celle à saveur pop regroupant Marie-Mai, Ariane Moffatt et Fanny Bloom a été mémorable, tout comme celle à saveur plus rock unissant Galaxie, Philippe Brach et Louis-Jean Cormier.

En ouverture, Jean Leloup a profité d'un parterre debout pour interpréter «À Paradis City» et «Voyageur».

Déjà, son triomphe se profilait.

Liste des gagnants

Album de l'année - Adulte contemporain : «Si l'aurore» - Marie-Pierre Arthur
Album de l'année - Folk : «Plus tard qu'on pense» - Fred Pellerin
Album de l'année - Pop : «22h22» - Ariane Moffatt
Auteur ou compositeur de l'année : Jean Leloup pour «À Paradis City», Jean Leloup
Chanson de l'année : «À Paradis City» - Jean Leloup
Groupe ou duo de l'année : Galaxie
Hommage : Dominique Michel
Interprète féminine de l'année : Ariane Moffatt
Interprète masculin de l'année : Jean Leloup
Révélation de l'année : Philippe Brach
Spectacle de l'année - Auteur-compositeur-interprète : «Le feu de chaque jour» -Patrice Michaud
Spectacle de l'année - Interprète : «Merci Serge Reggiani» - Isabelle Boulay

Dans la même catégorie