/news/politics

2015-2016

Hamad s’attendait à plus de réfugiés à Québec

Marc-André Gagnon et Taïeb Moalla | Agence QMI

 - Agence QMI

caucus liberal

Simon Clark/Agence QMI

Comme plusieurs, le ministre responsable de la Capitale-Nationale, Sam Hamad, s’attendait à ce que davantage de réfugiés syriens soient dirigés vers la région de Québec.

«Je pensais qu’il y allait en avoir plus», a avoué le ministre Hamad, lors d’une mêlée de presse à l’Assemblée nationale, jeudi matin.

Selon le plan dévoilé par son gouvernement, mercredi, seulement une centaine de migrants syriens trouveront refuge dans la capitale d’ici la fin de l’année et à peine un peu plus l’an prochain, pour un total à terme de 230 réfugiés dirigés à Québec. Le maire Régis Labeaume avait pourtant manifesté le souhait d'en accueillir 800 au cours des prochains mois.

La très grande majorité des 7300 réfugiés que le Québec prévoit accueillir en 2015-2016 aboutira finalement à Montréal, Laval et Longueuil, au nombre de 6195.

Rien n’empêche d’en recevoir plus

M. Hamad se réjouit tout de même de constater que des gens, à Québec, souhaitent en accueillir davantage.

«Rien n’empêche dans le futur, si la volonté est là, d’en faire plus», a signalé le ministre responsable de la région, qui parrainera, comme le premier ministre Couillard, une famille de réfugiés syriens.

D’ailleurs, le plan dévoilé hier par Québec n’inclut pas pour l’instant les 2050 réfugiés additionnels que le gouvernement Trudeau souhaite envoyer dans la province.

Pourraient-ils être dirigés plus majoritairement vers les régions du Québec? Tout dépendra de «la proportion de ces gens-là qui feront l’objet d’un parrainage privé», a expliqué le ministre de la Sécurité publique par intérim et ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau.

C’est justement le fait que la plupart des réfugiés syriens destinés au Québec soient parrainés – c’est-à-dire qu’ils sont appuyés financièrement par des particuliers – qui explique que la majorité se retrouve à Montréal et en périphérie.

«La grande partie de la diaspora syrienne se retrouve à Montréal, ce qui est un peu normal parce que c’est la métropole, mais aussi en banlieue à Laval. Il y a beaucoup de Syriens à Laval», a souligné M. Moreau.

Il s’agit aussi d’un réflexe naturel, pour quelqu’un qui quitte son pays, d’avoir tendance à essayer de retrouver sa communauté là où elle se trouve dans son nouveau pays d’accueil, a observé le ministre Moreau.

Labeaume se dit « très surpris »

Le maire Labeaume s'est dit «très surpris» jeudi matin par le faible nombre de réfugiés syriens attendus à Québec.

D'ici le 31 décembre, Québec devrait recevoir à peine 70 à 100 réfugiés syriens. Pourtant, au cours des derniers jours, des chiffres beaucoup plus élevés avaient circulé. La Ville s'était même dite prête à accueillir 500 à 800 réfugiés.

«On est très surpris. Il s'est dit tellement de choses depuis deux semaines. De toute façon, on met tout en branle pour bien faire les choses. On va tout faire pour les rendre heureux ces gens-là», a lancé le maire de Québec.

Ce dernier est invité mardi à Ottawa à la résidence du gouverneur général. Il est possible que d'autres détails sur l'arrivée des réfugiés lui soient communiqués ce jour-là.

Régis Labeaume a répété que la Ville de Québec est prête depuis des semaines à recevoir les réfugiés syriens.

Dans la même catégorie