/news/society

Sherbrooke

On se prépare à l’arrivée des réfugiés syriens

Josée Cloutier | TVA Nouvelles

Le Service d'aide aux Néo-Canadiens tout comme l'église Saint-Ephrem syriaque orthodoxe de Sherbrooke, ont mobilisé leurs équipes en prévision de l'arrivée imminente des réfugiés syriens.

Il s’agit d’une opération effectuée en parallèle de l'accueil régulier de plusieurs dizaines d'immigrants chaque semaine. Le défi des prochaines semaines sera donc de taille.

«À partir du moment où le premier vol arrivera en sol canadien, on peut penser que les réfugiés arriveront chez nous dans les deux ou trois semaines suivantes. La priorité sera de leur trouver un logement. Nous avons déjà établi des contacts avec des propriétaires et je ne suis pas inquiète», a expliqué Mercedes Orellana, directrice générale Service d'aide aux Néo-Canadiens de Sherbrooke.

La gestionnaire multiplie les conférences et s'est entretenue en début de journée avec les attachés politiques des députés de l'Estrie et les représentants du cabinet de la mairie de Sherbrooke.

«Les gens nous appellent pour savoir s'ils peuvent faire du bénévolat ou faire des dons», a mentionné Sylvie Proulx, attachée politique à la Ville de Sherbrooke.

«C'est rassurant et même très encourageant de voir qu'il y a un grand élan de solidarité !», a constaté Jacqueline Belleau, attachée politique la ministre du Développement international et de la Francophonie, Marie-Claude Bibeau.

L'accueil des Syriens s'ajoutera aux opérations déjà bien rodées du centre. «Je suis très heureux d'être arrivé à Sherbrooke. J'ai six enfants et mon épouse est décédée», nous a confié un père monoparental d'origine pakistanaise, tout juste arrivé à Sherbrooke. Au cours des deux dernières semaines, le Service d'aide aux Néo-Canadiens a accueilli 91 immigrants.

Pendant ce temps, les bénévoles de l'église Saint-Ephrem syrienne orthodoxe de Sherbrooke sont à faire le tri des nombreux dons reçus au cours des derniers jours. La communauté est toujours à la recherche de meubles, d'électroménagers et de vêtements d'hiver.

«Les gens ont été très généreux et ça nous touche énormément. Nous attendons maintenant des nouvelles sur la date d'arrivée des gens pour louer des appartements et les aménager», a expliqué Diana Haddad.

Eva Alkhaoury est arrivée de Syrie il y a dix mois et aujourd'hui elle souhaite donner au suivant. «Ça me fait très plaisir d'aider. Je m'en fais un devoir !».

L'église a accepté de parrainer bon nombre de réfugiés. La plupart sont des membres de familles déjà établies dans la région.

Dans la même catégorie