/news/law

Témoin expert de la Couronne

Le trouble d’adaptation ne fait pas perdre contact avec la réalité

TVA Nouvelles

Les analyses contradictoires des psychiatres au procès pour meurtre de Guy Turcotte ont fait réagir. Retour sur celle du témoin expert de la Couronne, le Dr Pierre Bleau, qui persiste et signe: impossible que le trouble d’adaptation rende une personne non responsable de ses actes.

«Ce n’est pas une maladie qui nous empêche d’être en contact avec la réalité et ce n’est pas une maladie qui nous empêche de savoir ce qu’on fait», a-t-il tranché dans une entrevue à TVA Nouvelles.

«Ce que je suis allé dire à la Cour et au jury, c’est ce que la science nous enseigne sur le trouble d’adaptation. C'est-à-dire, que c’est une situation où on a une réaction émotionnelle, soit de tristesse ou d’anxiété. Il y a des perturbations des conduites et ça survient normalement en lien avec un « stresseur » extérieur qui est identifiable. C’est sérieux», a-t-il expliqué.

Lors de son témoignage, le Dr Bleau a comparé le trouble d’adaptation à un «rhume de la psychiatrie», faisant alors la distinction entre des troubles mentaux plus graves qu’il a associés à des «cancers».

«Ce que j’ai voulu illustrer, c’est que, normalement, c’est une réaction qui dépasse nos humeurs habituelles, qui peut donner une souffrance très sévère dépendamment si les gens sont vulnérables ou plus ou moins équipés pour faire face à la situation», détaille-t-il.

Pour expliquer clairement au juge et aux jurés les conséquences d’un trouble d’adaptation, le Dr Bleau s’est servi de plusieurs métaphores.

«Je donnais la comparaison avec un marathonien qui monte une côte. C’est quelqu’un de bien entraîné, si la pente est un peu raide, il peut décider d’abandonner le marathon ou il peut aussi décider à ce moment-là que c’est fini les marathons. Le trouble d’adaptation, c’est ça, mais ce n’est pas d’autres maladies plus sévères», indique-t-il.

Selon lui, avant de donner un tel diagnostic, il faut avoir exclu toutes pathologies plus graves.

Le témoignage du Dr Pierre Bleau, appelé à la barre par la Couronne, a été d’une durée de 2h45 et contredisait la théorie de la défense selon laquelle Guy Turcotte avait perdu tout contact avec la réalité lorsqu’il avait poignardé 46 fois ses deux enfants de 5 et 3 ans, Anne-Sophie et Olivier.

L’ex-cardiologue a été déclaré coupable de meurtres non prémédités. Il reviendra en cour le 18 décembre pour connaître sa sentence. Entre temps, il demeure détenu.

Dans la même catégorie